Le Festival Frye donne rendez-vous aux jeunes lecteurs. Marianne Dumas figure parmi la trentaine d’auteurs qu’ils croiseront au cours de la semaine. Celle-ci arrive avec son premier album illustré Le pêcheur et le renard; une histoire d’amitié nourrie de sa propre vie.

Marianne Dumas rêvait depuis longtemps de publier un livre. C’est finalement avec les Éditions Bouton d’or Acadie à Moncton que l’auteure québécoise a choisi d’entreprendre son parcours littéraire. Cette enseignante de maternelle à Chibougamau dans le nord du Québec s’est inspirée un peu de sa propre vie pour imaginer ce premier récit qu’elle a également illustré. L’Acadie Nouvelle s’est entretenu avec l’auteure alors qu’elle était en route vers le Nouveau-Brunswick afin de participer au Festival Frye. Son périple l’amène à visiter plusieurs écoles notamment à Grand-Sault et à Fredericton.

«C’est excitant! Je suis vraiment contente d’aller au Nouveau-Brunswick pour faire ça. Publier un livre est un rêve d’enfant qui se réalise et je n’ai pas l’intention de lâcher, même si je suis enseignante. L’écriture est un projet que je fais en parallèle», a déclaré Marianne Dumas.

Le pêcheur et le renard raconte l’histoire de Barabas qui vit seul près de la mer. Les journées du vieux pêcheur se ressemblent. Jour après jour, il part à la pêche à bord de son petit bateau pour ramener quelques poissons. Un soir alors qu’il revient d’un voyage en mer, il fait la rencontre d’un renard. Le lien qu’il développera avec cet animal changera sa vie. Cette histoire touchante sur la solitude démontre l’importance de l’amitié dans la vie. Marianne Dumas raconte que sa propre solitude a inspiré l’écriture de ce livre.

«Je vivais énormément de solitude parce que j’étais toute seule à la maison avec mes deux enfants, donc c’est probablement ça que j’avais à exprimer là-dedans. Je me reconnais aussi dans les personnages du renard et du pêcheur. Oui, les renards sont venus à mon secours», a-t-elle poursuivi.

Un jour, elle a remarqué un nœud dans son plancher de bois qui ressemblait à un dessin de vieux pêcheur. À partir de cette image, elle a imaginé son personnage et puis comme le renard est son animal favori, le récit s’est enchaîné de façon naturelle. Elle a écrit ce livre lorsqu’elle habitait à Barraute en Abitibi. Pendant qu’elle illustrait son récit, elle a croisé une renarde un matin sur la route. L’auteure a arrêté son véhicule pour l’observer pendant quelques minutes.

«On se regardait l’un l’autre et c’était vraiment un moment magique. Ensuite quand je l’illustrais, j’ai pensé à ce renard», a ajouté celle qui a entrepris l’écriture d’un nouveau livre au titre amusant J’ai marié un ours.

L’auteure sera au FestiJeunesse à la Bibliothèque publique de Moncton samedi à compter 9h30 et à L’heure du conte à la Bibliothèque publique de Cap-Pelé samedi à 14h. Le Festival Frye se poursuit jusqu’au 1er mai. Près de 40 écrivains francophones et anglophones figurent à la programmation. Mentionnons que la romancière et cinéaste Anaïs Barbeau-Lavalette a dû annuler sa visite à la dernière minute pour des raisons personnelles.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle