Loco Locass célèbre la fraternité du Québec et de l’Acadie dans une chanson (AUDIO)

À quelques jours de la fête du 15 août, le trio de rap québécois Loco Locass a lancé une nouvelle chanson, Le clan, pour célébrer la fraternité entre le Québec et l’Acadie. Le comédien et musicien Sébastien Ricard souligne que les premiers couplets de cette pièce ont vu le jour au Nouveau-Brunswick alors qu’il était en tournage.

Chanteur, musicien et comédien, Sébastien Ricard est celui qui a tenu le rôle principal de Yannick Moreau dans la télésérie Le clan, tournée en grande partie dans le sud-est du Nouveau-Brunswick. En entrevue, l’artiste raconte qu’il est tombé sous le charme. Cette série lui a offert l’occasion de travailler en Acadie pendant deux automnes.

«J’ai toujours su qu’il y avait des Acadiens, mais ç’a été pour moi une découverte extraordinaire qui m’a rappelé l’expérience continentale francophone qu’on a tendance des fois à oublier quand on vit au Québec. L’histoire politique récente du Québec a tellement concentré toute l’activité sur le territoire québécois pour de très bonnes raisons, mais en même temps, ça nous a fait perdre de vue cette continentalité de la présence francophone», a déclaré Sébastien Ricard.

Rap qui s’ouvre sur le monde, évoquant les métissages culturels et l’expérience acadienne, Le clan reflète bien l’esprit dans lequel ils ont écrit cette chanson née autour d’un feu de camp dans la région de Shediac. Une chanson qui s’amuse aussi avec la langue française en empruntant des expressions du joual et du chiac. À la fin des blocs de tournage, l’équipe se rassemblait pour discuter et jouer de la musique. Des moments mémorables, lance l’artiste qui a senti beaucoup de bonheur en se rassemblant autour de la musique avec ses collègues acadiens.

«C’est la première fois où j’avais un rapport à la musique aussi direct que là-bas. C’est comme si la musique est faite pour des raisons tellement vitales. Tout le monde chante et j’étais tellement impressionné par ça.»

http://info.audiogram.com/loco-locass-le-clan/?v=media

En arrivant à Montréal, il avait déjà quelques couplets d’écrits. Les deux autres membres du groupe ont complété la chanson avec lui.
Le clan marque le début d’un nouveau son pour ces pionniers du rap au Québec, tout en reflétant l’évolution de leur pensée politique à l’égard du projet national québécois. Sans renier leurs prises de position, ils recherchent plus d’ouverture.

«Cette chanson, c’est aussi ouvrir les portes, les fenêtres, laissez entrer l’air et la continentalité dans le Québec. Pour nous, elle marque un tournant et je le sens bien dans l’esprit de la chanson. Il y a quelque chose de vraiment libérateur là-dedans et elle nous a fait extrêmement de bien à nous trois et c’est pour ça que je la trouve importante», a exprimé le chanteur, l’intensité dans la voix.

Le trio, qui n’a pas sorti de nouvel album depuis 2012, (Le Québec est mort, vive le Québec), n’a pas dit son dernier mot. Peut-on s’attendre à un nouvel album studio bientôt?

«On ne pourrait pas s’avancer jusqu’à ce point-là, mais pour nous, le fait d’avoir composé une chanson, c’est assez stimulant, donc on est vraiment content de ça. Cette chanson-là nous confirme qu’on a toujours le goût de faire du travail ensemble, de créer et qu’on a le bonheur de le faire et je pense qu’on a encore plein de choses à dire», a conclu l’artiste, précisant que si jamais l’Acadie les invite à se produire en concert le 15 août, ils accourront.

Le clan est disponible sur la plupart des plateformes musicales.