Mettre son art à sécher

Le terrain de l’église de Grand-Barachois servira de galerie d’art à la fin du mois, et la communauté sera invitée à démontrer sa créativité.

Comme symbole éternel de la culture acadienne, les lignes à hardes se pointent à Grand-Barachois cet été pour servir d’étendard au travail d’artistes et de membres de la communauté.

Trois cordes à linge seront installées sur l’église de Grand-Barachois et seront ornées d’œuvres d’art de toutes sortes dans le cadre du festival d’art public La ligne à Hardes, parrainé par la Société culturelle Sud-Acadie et ses partenaires.

L’appel fut lancé début juillet; les artistes et la population de la région sont invités à créer des pièces d’art durable et résistant aux intempéries qui seront accrochées sur les cordes à linge, aux yeux de tous.

«On laisse ça à l’imagination des artistes, des artisans et des familles qui sont prêtes à jouer, à créer quelque chose qu’on pourra accrocher sur une ligne à hardes», dit Joanne LeBlanc Skyrie, agente de développement culturel de la Société culturelle Sud-Acadie.

Les organisateurs s’attendent à recevoir de nombreuses œuvres de toutes sortes pour cette exposition en plein air qui durera plusieurs semaines.

«Que ça soit du tissu, une sculpture, même des mots… J’ai des poètes qui vont accrocher des poèmes sur du textile», ajoute-t-elle.

Le festival fait suite à celui de l’année dernière, qui avait comme thème «D’une porte à l’autre». Les artistes étaient alors invités à amener une porte ou une fenêtre pour contribuer à une œuvre d’art sur la verdure de l’église de Grand-Barachois.

«L’an passé, plusieurs artistes avaient contribué une porte ou une fenêtre, mais cette année on leur demande d’être un peu plus innovateurs pour voir ce qu’on pourrait accrocher sur la corde à linge.»

Joanne LeBlanc Skyrie explique que les artistes et quelques membres de la communauté utiliseront même des matériaux recyclés afin de participer à l’élaboration du projet, qui sera officiellement révélé le vendredi 26 août.

«Je sais qu’il y a des gens qui travaillent sur quelques surprises. J’ai hâte de voir ce qui va nous arriver», laisse-t-elle entendre.

Des ateliers pour les jeunes sont également prévus le 27 et le 28 août. Les jeunes pourront y apprendre à peindre avec Amber Leger et Jules Landry et à sculpter avec Luc Bouchard et Robert Vanderleelie, avec pour thème «À quoi je ressemblerais si j’étais un robot?».

Le festival accueille également Michel Thériault, qui exposera ses peintures sous le chapiteau préparé pour l’événement. Ce sera l’occasion pour les artistes et artisans du coin de venir vendre leurs œuvres d’art sur des dizaines de cordes à linge suspendues à des arbres, sur le long de la verdure de l’église.

Ceux qui ne veulent pas participer à la création de l’œuvre suspendue ne seront pas laissés de côté. Selon Joanne LeBlanc Skyrie, ils sont invités à créer leurs propres petites cordes à linge dans leur cour et à y afficher leurs créations.