Incursions dans l’imaginaire d’Antonine Maillet

Quand on demande à Antonine Maillet si elle envisage d’écrire son autobiographie, elle répond tout simplement: lisez mes livres. L’écrivaine qui est loin d’avoir dit son dernier mot a lancé, mardi à Dieppe, son plus récent ouvrage Lettres de mon phare dans lequel elle révèle des chemins de son imaginaire.

Il y a longtemps que cette grande dame de la littérature n’avait pas lancé de livre en Acadie. La dernière fois, c’était La Sagouine à l’Université de Moncton, il y a 45 ans. Les autres ont été lancés à Montréal où se trouve l’éditeur, a mentionné Marie-Linda Lord, qui connaît bien l’oeuvre de l’écrivaine native de Bouctouche.

«Aujourd’hui, il s’agit du deuxième lancement d’un livre d’Antonine Maillet en Acadie, là où est situé son fameux phare», a déclaré Mme Lord.

Cette artiste au parcours littéraire exceptionnel qui s’étend sur 58 années a reçu une pluie d’éloges mardi. C’est devant une salle bondée que l’écrivaine à la verve remarquable a livré ses réflexions, en remerciant du fond du coeur les beaux commentaires à son égard.

«Après tous ces éloges et ces superlatifs qui n’en finissent plus, je ne sais plus du tout par où commencer», a lancé l’écrivaine en se présentant sur la scène de la Caserne au Centre des arts et de la culture de Dieppe.

D’un livre à l’autre, elle pose un regard critique et amusé sur le monde qui l’entoure, note Marie-Linda Lord. Son œuvre réunit plus de 50 titres. Publié chez Leméac, son nouvel ouvrage qui se situe entre le roman, l’essai, le conte et la nouvelle regroupe une vingtaine de textes qui naviguent entre l’ordinaire et l’extraordinaire. D’un récit à l’autre, elle permet aux lecteurs d’entrer dans son imaginaire. Pour Antonine Maillet, la littérature est inépuisable.

«Une chose qui me fait plaisir et m’agace en même temps c’est quand on me dit vous écrivez encore! J’ai toujours le goût de répondre: vous respirez encore. C’est pas vrai qu’il y a un âge pour ne plus faire quelque chose. Un écrivain c’est quelqu’un qui a pour raison d’être d’agrandir le monde et je n’ai pas l’intention de vieillir parce qu’il y a encore trop de choses que je n’ai pas dites», a-t-elle affirmé. Elle a été acclamée par la foule.

Elle a soutenu que la vraie demeure de l’écrivain est son subconscient et sa capacité de tout ragorner depuis le début du monde. Celle qui ne manque pas d’humour a rappelé que le singe a décidé un jour de devenir un homme.

«Le singe a pris un grand risque en décidant de se faire homme et ça l’a conduit jusqu’à Trump», a-t-elle dit avec une pointe d’humour.