Sandra Le Couteur rêve de blues

Reconnue pour ses vibrantes interprétations des grands noms de la chanson française, Sandra Le Couteur a maintenant envie de chanter du blues. Son prochain album pourrait même avoir cette couleur musicale.

Tournage d’un premier vidéoclip sur les plaines rouges de Miscou avec le cinéaste Pat Gauvin et une quinzaine d’interprètes, spectacles à Moncton, en Europe, à Montréal, en Gaspésie et en Ontario; Sandra Le Couteur multiplie les projets. Elle est aussi l’une des auteures invitées au Salon du livre de Dieppe où elle prendra part à une table ronde sur le conte et à une soirée littéraire. Elle a commencé à songer à son prochain disque qu’elle réalisera avec son fidèle complice Gilles Bélanger.

«J’ai envie de faire du blues parce que j’ai tout le temps aimé ça et été attirée par ce genre musical. J’en faisais quand j’étais plus jeune. Le blues, ça vient nous chercher au fond des tripes. En vieillissant, je ne veux plus être confinée à un style et je veux essayer des trucs. Je vais écrire mes chansons avec l’aide de Gilles Bélanger. Ce sera du blues en français. Tout est possible!», lance la chanteuse de Miscou qui envisage de travailler à la création des chansons cet hiver et d’entrer en studio cet été pour sortir le disque à l’automne 2017.

Elle fera appel à d’autres auteurs-compositeurs, notamment à son fils Valéry Robichaud.

Par ailleurs, elle tourne un premier vidéoclip de sa chanson Le phare avec Pat Gauvin de Bosco Media. Le clip pourrait avoir une facture qui ressemble un peu à celle du film de science-fiction Mad Max.

«C’est très trash, un peu apocalyptique. Le clip raconte une histoire où il ne reste plus rien sur la planète et il faut se sauver avec un bateau. Il y a des comédiens qui jouent des gaillards pour ramer dans la bateau jusqu’à tant qu’on aperçoive le phare comme une lumière. Ça va être tourné dans les orangers. Nous avons Serge Brideau (Hôtesses d’Hilaire) qui fait partie de la distribution», a-t-elle expliqué.

L’artiste se produira en spectacle au Centre culturel Aberdeen à Moncton le 20 octobre. Elle offrira son concert estival qui rend hommage à la Baie-des-Chaleurs et à la Gaspésie. Elle sera entourée de Denis Surette, Chris Boulay et Théo Brideau.

«J’ai été chercher des chansons qui ont bercé mon enfance et on se sert beaucoup des guitares électriques.»

Au cours des prochains mois, elle prendra part à une diversité de projets. À l’occasion du 20e anniversaire de la mort de Barbara, elle partira en tournée en 2017 avec le pianiste Carl Philippe Gionet afin de présenter le concert qu’elle a créé autour de l’oeuvre et de la vie de cette grande dame de la chanson française. L’Acadienne sera aussi de la distribution du spectacle commémoratif en l’honneur du regretté Gaston Miron, le 14 décembre, à Montréal. Elle interprétera Mon bel amour navigateur avec Louis Jean Cormier.

Le lancement du disque Elles, un projet de Régis Audet consacré aux plus belles chansons de Georges Moustaki et Yves Duteil, aura lieu à New Richmond, le 25 novembre. Sur ce collectif, on y retrouve une reprise de La dame brune interprétée par Sandra Le Couteur.