Une pièce de Saint-Jean, mettant en vedette Anika Lirette sera présentée en Allemagne

La comédienne Anika Lirette qui incarne le rôle principal du Dr Stockmann dans la pièce An Ennemy of the People du Saint John Theatre Company s’envolera bientôt avec la troupe pour jouer en Allemagne.

Bien que cette pièce de l’auteur norvégien Henrik Ibsen date de 1882, il reste que la thématique demeure actuelle. La compagnie de théâtre de Saint-Jean propose une adaptation moderne écrite par Maria Milisavljevic et le metteur en scène torontois de renom, Richard Rose.

«Ils l’ont vraiment modernisée et rendue contemporaine. C’est comme si ça se passe aujourd’hui. Le décor est minimaliste parce qu’on savait qu’on l’apporterait en Allemagne. C’est le jeu des acteurs et les textes qui sont au premier plan», a expliqué Anika Lirette qui tient pour la première fois un rôle principal dans une production anglophone.

Elle a été séduite par le sujet qui traite du dilemme entre l’environnement et les impératifs économiques. Dans la version moderne, les concepteurs ont choisi de féminiser le personnage principal.

«La raison pour laquelle j’ai accepté tout de suite, c’est parce que la thématique est aussi révélatrice en 1800 qu’aujourd’hui. C’est un sujet universel, international et actuel», a exprimé la comédienne au cours d’un entretien téléphonique depuis Saint-Jean où elle est en répétition.

La distribution rassemble huit comédiens de diverses régions de la province, dont une autre Acadienne, Stéphanie David, qui incarne une journaliste.

An Ennemy of the People (Un ennemi du peuple) raconte l’histoire d’une médecin qui découvre que l’eau de sa ville est contaminée par une industrie locale, mais son frère qui est le maire refuse de rendre la nouvelle publique pour des questions économiques. S’en suivront des conflits avec la famille et la collectivité.

Anika Lirette souligne que ce sujet peut certainement interpeller les Néo-Brunswickois et les Canadiens, notamment à Saint-Jean où l’on retrouve une raffinerie de pétrole.

«J’ai compris la valeur d’un classique avec cette expérience. C’est une pièce qui a été écrite au 19e siècle, mais qui est encore pertinente aujourd’hui», a fait valoir la comédienne.

Quand elle a auditionné pour ce rôle, elle arrivait du Sommet sur les changements climatiques en Afrique. En jouant en anglais, elle a dû effectuer du travail au niveau de la phonétique.

«Je réalise que c’est une force d’être bilingue. Je me surprends moi-même parce que c’est une autre mélodie dans le corps. C’est difficile un peu de jouer un spectacle de deux heures en anglais, mais c’est un très beau défi», a-t-elle poursuivi.

La pièce qui a été à l’affiche en mai dernier est de retour pour un seul soir à Saint-Jean avant son départ pour l’Allemagne. La troupe présentera la pièce dans un festival international de théâtre à Konstanz en Allemagne, du 18 au 27 janvier.

«Nous en allons là-bas pour créer un dialogue en Allemagne par rapport à ce spectacle-ci, sur le sujet et le pouvoir du théâtre. Le théâtre est là pour nous faire réfléchir. Pour moi, c’est un honneur de tenir ce rôle-là et d’être la porte-parole de ce docteur qui réclame et qui remet en question des valeurs. Ça confirme que c’est exactement ce que je veux faire avec le théâtre», a ajouté Anika Lirette, estimant que le théâtre n’est pas juste une activité de divertissement, mais un moyen de faire évoluer la pensée.

La représentation au BMO Studio Theater à Saint-Jean, samedi soir, est presque à guichets fermés.