Regard sur L’Acadie contemporaine de Georgette Bourgeois (Vidéo)

Dans sa nouvelle collection, L’Acadie contemporaine du Grand Moncton, l’artiste-peintre Georgette Bourgeois livre un point de vue personnel sur sa ville.

Georgette Bourgeois qui a grandi à Moncton rêvait depuis longtemps de créer une collection sur sa ville natale. Elle a peint des lieux incontournables de la région et des symboles importants de l’Acadie, comme la Cathédrale Notre-Dame-de-l’Assomption, le Centre culturel Aberdeen, l’édifice Assomption Vie, les surfeurs sur le mascaret de la rivière Petitcodiac, le Château Moncton et le Parc écologique du millénaire de l’Université de Moncton. Ce sont des endroits et des édifices qui ont marqué son enfance et sa famille. Elle a fréquenté ces lieux quand elle était jeune. C’est la première fois que l’artiste présente cette série d’œuvres dans une galerie. Les tableaux sont exposés à la galerie d’art du Centre culturel Kent-Sud à Bouctouche jusqu’au 30 mars.

«Il fallait que ce soit rattaché à l’Acadie et que ça fasse partie de mon parcours à moi. Ce sont des œuvres très personnelles. C’est quelque chose que j’avais besoin de faire», a indiqué l’artiste.

L’exposition qui rassemble 20 peintures comprend aussi des œuvres inspirées du Circus Stella de Dieppe, de la Solitude de Pré-d’en-Haut et du Verger Belliveau. Une bonne partie de cette nouvelle collection n’a jamais été exposée.

Pour créer ses tableaux sur L’Acadie contemporaine, elle a mené beaucoup de recherches et elle a pris un grand nombre de photos afin de documenter les lieux. Les perspectives ont représenté un défi, confie l’artiste qui a un immense souci des détails. Chaque peinture merveilleusement réaliste a nécessité plus d’un mois de travail, révélant un grand nombre d’éléments. La luminosité, les ombres et les ciels composent ses œuvres.

L’artiste a grandi près de ces lieux. Elle allait jouer, entre autres, au Parc Mascaret et elle fréquentait la cathédrale. Elle raconte que ses grands-parents maternels ont contribué à ériger la cathédrale. Sa grand-mère a été la cofondatrice d’Assomption Vie. En incluant des sculptures du parc écologique de l’Université de Moncton et le Centre culturel Aberdeen, elle a voulu aussi mettre en valeur l’art et la culture dans la ville. Georgette Bourgeois a fréquenté l’école Aberdeen quand elle était enfant.

«J’ai beaucoup d’influence d’Alex Colville et de l’Américain Edward Hopper. Ce dernier a donné son point de vue de New York pas comme les autres et moi, je donne mon point de vue de Moncton pas comme les autres», a-t-elle ajouté.

Pour le Circus Stella, elle a une approche très différente, privilégiant la lumière et le mouvement. Les acrobates Yves Landry et Stéphanie Bélanger ont été des sources d’inspiration.

Dans ses œuvres, les personnages se font rares. Pour cette artiste, les édifices et les lieux deviennent en quelque sorte des personnages. Après Bouctouche, ses œuvres seront exposées à la Galerie Moncton à l’automne. Le vernissage de l’exposition s’est déroulé vendredi.

Georgette Bourgeois a exposé ses œuvres au Canada, aux États-Unis et en Europe. Elle a son actif plus de 50 expositions solos. Tout au long de sa carrière, elle a peint des lieux importants de l’Acadie tout en essayant de transmettre l’esprit de ces endroits.