Guildor Michaud aborde la thématique du vieillissement avec son troisième roman

gd_13_01_arts_couverture_roman_kathie_jeremieAprès avoir mis ses personnages en contexte dans leur jeunesse et leur vie adulte dans ses deux premiers ouvrages, l’auteur Guildor Michaud aborde maintenant la thématique du vieillissement dans son troisième roman, Kathie et Jérémie.

Originaire de Drummond au Nord-Ouest, M. Michaud habite à Québec depuis 1958. Après ses deux premiers romans, Le Morveux et Noooooon!, voilà qu’il récidive avec le dernier tome de cette trilogie.

«Ce sont davantage trois romans parallèles plutôt qu’une suite. Ce sont les mêmes personnages qui vivent des histoires dans différents contextes sociaux», a expliqué l’auteur de 82 ans.

Ses personnages ont donc évolué. Ils ont un peu suivi le parcours de l’auteur. Après avoir vécu dans la région de Drummond, ils sont maintenant octogénaires et installés à Québec.

La trame de fond de ce roman de 360 pages, publié aux Éditions de la Grande Marée de Tracadie, est le décès de Jérémie. Sa conjointe, Kathie, se retrouve seule et fait face à de nombreuses questions sur ses vieux jours.

«C’est un regard critique sur la vie des personnes âgées et le vieillissement. Je pose la question à savoir est-ce qu’on a le droit de choisir la façon dont on veut mourir ou encore de l’endroit où l’on veut vivre. On sait que plusieurs aînés souhaitent demeurer à la maison et ne pas être placés dans des foyers même si des gens de leur entourage voudraient le contraire. Il est toujours plus facile de dire oui à la vie quand on trouve l’amour», a souligné M. Michaud.

Même si le thème du vieillissement en est un très sérieux, M. Michaud soutient que son roman n’est nullement triste ou lourd pour autant.

«Ce n’est pas facile le vieillissement quand on a le poids de toutes ces années qui nous pèse sur les épaules et que l’on est confronté à la solitude du quotidien. J’essaie simplement d’aborder la réalité et la vie de tous les jours des personnes âgées», a ajouté M. Michaud.
Il reconnaît que le fait d’être lui-même octogénaire lui a apporté un certain vécu qu’il peut partager en tant qu’auteur.

«Comme auteur, ce n’est pas facile de parler de quelque chose qu’on ignore. Il faut en quelque sorte avoir vécu des choses qui se rapportent aux sujets abordés», a-t-il poursuivi.

L’auteur néo-brunswickois dit avoir complété un recueil de nouvelles et un autre roman qui, il l’espère, seront publiés dans un avenir rapproché.

«Ça fait trois ou quatre ans que ce troisième roman était prêt à être publié. Ce n’est pas parce qu’un auteur a déjà des oeuvres à son nom que ça lui donne un laissez-passer direct chez l’éditeur. Mon projet a été sur une liste d’attente comme les autres», a expliqué M. Michaud.

Il prévoit prendre part au Salon du livre d’Edmundston, en avril 2017, pour présenter ce troisième ouvrage.