Festival CinéRelève: la jeunesse à l’honneur à Bouctouche

Trente films du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Écosse, de l’Ontario et du Québec sont à l’affiche du 4e Festival CinéRelève qui se déroule du 5 au 7 mai à Bouctouche. Documentaire, dramatique, comédie, science-fiction, animation, vidéoclip, œuvres fantastiques et expérimentales figurent au programme.

La directrice du Festival CinéRelève, Kathy Gildart, précise que 67% des œuvres au programme proviennent du Nouveau-Brunswick, particulièrement de la région du sud de la province.

La plupart des films ont été réalisés dans le cadre de projets scolaires, tandis que certaines productions ont été menées par des groupes d’amis. Pour la première fois, le festival présentera une œuvre universitaire. Le film Lolita malgré elles, qui porte sur la place des femmes dans les médias, a été réalisé par un étudiant de l’Université de Montréal, Florent Tafani. Les organisateurs du festival cherchent de plus en plus à sortir des frontières de l’Acadie. Plusieurs films abordent des questions sociales et communautaires, fait remarquer Mme Gildart.

«Cette année, il y a plusieurs films qui portent sur les gestes que l’on peut faire pour rendre le monde meilleur, soit par rapport aux relations entre les enfants, à l’environnement ou en lien avec la communauté. Il y a aussi quelques films de fiction et de fantaisie qui sont plus expérimentaux. Visuellement, c’est de toute beauté comme des œuvres d’art», a-t-elle commenté.

Avec les années, Mme Gildart remarque une nette évolution. Les jeunes s’y connaissent de plus en plus sur le plan technique.

«Ce n’est pas juste grâce au festival, c’est grâce à la technologie dans les salles de classe. Il y a toute une génération d’enseignants qui veulent vraiment intégrer les nouvelles technologies dans la salle de classe comme moyen d’apprentissage.»

Le documentaire L’opposition des Rois, réalisé par la classe de Daniel Mallais de l’école Saint-Paul, ainsi que huit courts métrages donneront le coup d’envoi au Festival CinéRelève vendredi à 19h. Lors de l’ouverture, l’orchestre Sistema qui a composé la musique du film donnera un concert. En plus des séances de projection à l’École Clément-Cormier, le festival offre des ateliers de formation au Centre culturel Kent-Sud et une ciné-rencontre avec les réalisateurs de la série jeunesse Agrofun.

Les organisateurs du festival attendent environ 75 jeunes par jour. Un jury de professionnels remettra des prix aux meilleures œuvres dans différentes catégories. Pour consulter toute la programmation, les gens peuvent visiter le site web du festival: www.cinereleve.ca.