Maryanne Côté, authentique et sans artifice

L’auteure-compositrice-interprète Maryanne Côté se présente simplement, sans artifice. Quand on lui demande quels sont ses rêves, elle répond qu’elle veut avant tout être heureuse, peu importe où la musique la mènera.

Si les chansons de son premier album, 1949, dégagent une certaine tristesse et un soupçon de nostalgie, dans la vie, l’artiste est tout autre. Le bonheur lui va à merveille. Son univers musical est teinté de folk, avec un brin de pop et certains airs plutôt accrocheurs.

«Je sais que mon album est triste et qu’il a quelque chose de nostalgique. Mais dans la vie, je suis vraiment heureuse. Quand j’écris, c’est souvent triste pour sortir le méchant que j’ai envie de sortir», a déclaré la chanteuse et guitariste âgée de 24 ans, au cours d’un entretien téléphonique depuis Montréal où elle est établie.

Native de Rimouski, Maryanne Côté qui enflamme les réseaux sociaux depuis trois ans débarque au Nouveau-Brunswick, le temps de quatre spectacles où elle partagera la scène avec l’Acadien Joey Robin Haché. Il s’agit d’un beau mariage entre deux univers singuliers. Avec sa voix qui séduit et ses textes personnels, Maryanne Côté, qui n’a pas peur de se dévoiler dans ses chansons, vaut la peine qu’on s’y attarde. Sa propre vie l’a beaucoup inspirée.

«Je ne suis pas capable de me mettre dans la peau de quelqu’un d’autre. J’aime mieux écrire de vraies histoires. Ce sont les miennes, ce ne sont pas celles des autres. Ce n’est pas difficile parce que dans la vie, je suis vraiment comme ça. C’est naturel pour moi», a-t-elle poursuivi.

La plupart des chansons de son disque ont été inspirées par son ex, confie l’artiste. Avec des pièces comme 1949, Ton corps m’aime plus que toi, elle explore différentes facettes de l’amour, la perte de l’être aimé et le sentiment d’abandon.

«Mon ex partait et elle revenait souvent, donc à chaque fois, j’écrivais une chanson pour elle.»

C’est le web qui l’a fait connaître, soutient cette musicienne autodidacte qui est aussi opératrice de chariots élévateurs dans un entrepôt de la région de Montréal.

«Je travaille de nuit bien souvent. Je fais des 12 heures à mon usine et quand j’arrive de travailler, je suis vraiment fatiguée. C’est le meilleur temps pour écrire. Comme je suis fatiguée, je ne me retiens pas. Je suis libre puis ça sort. Plus je suis fatiguée, mieux ça va pour composer.»

La musique et les paroles lui viennent de façon simultanée. En étant en tournée cette semaine, elle prendra du temps pour composer de nouvelles chansons. Elle a envie de faire évoluer son style musical vers autre chose, peut-être un peu plus complexe. Elle ne veut surtout pas s’imposer de limites.

«Tout ce qui est important, c’est qu’il y ait du monde qui aime ma musique et si ça peut aider des gens, c’est ça le but. Peu importe ce que je fais, je veux juste être heureuse. La musique, c’est nouveau pour moi. Ce n’est pas mon monde. J’y vais une journée à la fois et si un jour j’arrive à faire carrière en musique à temps plein ou si ça n’arrive pas, ce n’est pas grave», a ajouté l’artiste qui s’envolera vers la France cet été afin de donner des spectacles. Offrant un concert intimiste, elle propose de revisiter les chansons de son album et ses nouvelles compositions.

Maryanne Côté sera en spectacle au Plan b de Moncton le 18 mai, à l’Auberge et Bistro d’Anjou de Petit-Rocher le 19 mai, aux Grains de folie à Caraquet le 20 mai et au Café Europa à Campbellton le 21 mai.