Deux chorales s’unissent pour chanter l’Acadie

La chorale Voidunor, de la région Chaleur, et le chœur Chanterelle, de Lanaudière au Québec, unissent leurs voix pour le 40e anniversaire du Village historique acadien et le 250e de l’arrivée des Acadiens en Nouvelle-Acadie. Les concerts seront présentés respectivement le 3 août, à l’église de Bertrand et le 19 août à l’église de Saint-Jacques, en sol québécois.

C’est le chœur Chanterelle du Collège Laval qui a amorcé le projet de chanter à l’unisson l’Acadie, il y a un an.

«Nous cherchions une chorale francophone avec qui chanter. Nous avons fait plusieurs démarches et finalement Voidunor a accepté. Nous avons émis le souhait de les visiter et d’inviter Voidunor à venir chanter au Festival acadien de la Nouvelle-Acadie, dans la région de Lanaudière», relate Michelle Roy, responsable de l’initiative et membre du chœur Chanterelle.

Ce festival célèbre cette année l’établissement des familles acadiennes, à partir de 1767, dans ce coin encore surnommé Nouvelle-Acadie, qui est composé des municipalités de Saint-Jacques, Saint-Alexis, Saint-Liguori et Sainte-Marie-Salomé. Les Acadiens revenaient de l’exil de la déportation.
La chorale Voidunor a saisi la balle au bond, d’autant plus que 2017 représente les 40 ans du Village historique acadien (VHA).

«En discutant avec le directeur général (du VHA), il a trouvé que l’idée était bonne d’organiser pour cette occasion une présentation de chorales. La plupart des chants sont reliés à l’Acadie, dont Évangéline, Grand-Pré, Hymne à l’espoir d’Édith Butler», indique Patrick Mallet, le président du conseil d’administration de Voidunor.

Le premier rendez-vous est donné pour le jeudi 3 août, à l’église Saint-Joachim de Bertrand, à 19h30. L’entrée est libre.
Les deux chorales, qui regrouperont sur scène environ 80 membres, ont répété chacune de leur côté, avec leur chef et leur pianiste. Mardi, elles se rencontraient pour la première fois à Petit-Rocher pour la répétition générale.

Pour la plupart des choristes de Chanterelle, il s’agissait d’une première fois en terre néo-brunswickoise.

«Nous resterons six jours au Nouveau-Brunswick. Nos membres ont été charmés par les gens, les paysages. Je n’ai que des éloges à faire pour la réception que nous recevons de Voidunor. La plupart d’entre nous sont venus en autobus, mais d’autres en motorisés. Certains sont arrivés une semaine plus tôt. D’autres vont repartir une semaine plus tard. Quelques-uns sont descendus à l’Île-du-Prince-Édouard, à Moncton», raconte Michelle Roy.

Les hôtes ont planifié des activités touristiques, en marge des spectacles.

«Nous avons planifié une sortie de pêche. D’autres vont jouer au golf. C’est donc non seulement un apport culturel, mais aussi touristique. Ça permet à des gens de découvrir la région Chaleur et la Péninsule acadienne et nous, de connaître la région de Lanaudière», déclare M. Mallet.

«Le festival (acadien de la Nouvelle-Acadie) organise une visite guidée d’une journée dans les villages qui existent encore où les Acadiens sont arrivés. Des monuments ont été élevés en souvenir de cela et c’est une guide historienne qui va faire la tournée», dit Mme Roy.

Voidunor rejoindra Lanaudière le 16 août en vue du concert qui sera présenté trois jours plus tard, le clou des festivités du 250e anniversaire de la Nouvelle-Acadie.