Caroline Savoie: comme un livre ouvert

Si Caroline Savoie est heureuse de vivre à Montréal depuis un an, il reste que c’est chez elle en Acadie qu’elle préfère se produire en concert. La chanteuse à la voix chaude et enveloppante, qui ne cesse de recevoir des éloges partout où elle chante, n’hésite pas à révéler son côté plus vulnérable.

Quand on demande à la Dieppoise de confier ses rêves, elle répond simplement qu’elle aimerait un jour monter sur la scène du Théâtre Capitol à Moncton pour présenter son spectacle.

«Le monde me parle de l’Olympia à Paris, moi je dis non, c’est le Capitol à Moncton!», lance-t-elle avec le sourire.

L’Acadie Nouvelle l’a rencontrée dans un café de Moncton, quelques heures avant son spectacle au Festival Acadie Rock, jeudi soir. Ce sera son dernier concert à Moncton de l’année 2017.

«De faire ça devant une salle pleine, ça va être pas mal émouvant, surtout que jouer à Moncton, c’est ma place préférée et en plus, ça va être avec une amie (Safia Nolin) que je n’ai pas vue depuis longtemps…», a-t-elle confié.

Cet été, Caroline Savoie s’est produite sur quelques-unes des grandes scènes du Québec, notamment aux FrancoFolies de Montréal et à l’International de montgolfières à Saint-Jean-sur-le-Richelieu. Celle qui a lancé un premier album en 2016 a reçu plusieurs critiques positives. On parle souvent de sa maturité, de son côté à la fois solide et fragile, révélant une certaine sensibilité. Pour Caroline Savoie, la musique a commencé à l’adolescence alors qu’elle avait du mal à gérer ses émotions. Elle les transformait en chansons. Sa musique est devenue son journal intime.

«S’il y a des gens qui peuvent se retrouver dans mes chansons et que ça les aide à ne pas se sentir seuls dans certaines situations ou s’ils peuvent faire un lien avec ce que je raconte, pour moi mon but est atteint.»

Avant de monter sur scène, elle confie avoir le trac. Elle prend donc un certain temps pour se maquiller, ce qui lui permet de décompresser et de se préparer mentalement pour son tour de chant. Sur scène, elle n’hésite pas à partager ses expériences personnelles.

«Je suis quand même un livre ouvert, je parle beaucoup de mes expériences entre mes chansons. J’aime que les gens puissent se sentir à l’aise comme s’ils étaient dans mon salon et qu’ils n’hésitent pas à venir me voir après mon spectacle, même si je me sens quand même vulnérable.»

Elle estime que son déménagement à Montréal lui a donné un nouvel élan créateur. Elle n’a jamais été aussi inspirée.

«Je n’avais pas écrit de chanson depuis longtemps, mais quand j’ai déménagé, on dirait que je suis devenue super inspirée parce que j’ai changé complètement d’environnement. C’est inspirant de voir une autre scène musicale», a partagé l’auteure-compositrice-interprète qui s’est procuré une guitare électrique afin d’explorer de nouvelles sonorités, bien qu’elle est encore loin du rock’n’roll. L’ironie dans tout cela, c’est que depuis qu’elle est à Montréal, elle écrit sur son coin de pays.

«On dirait que quand j’étais ici, j’avais tellement envie de partir et de voir d’autres choses que quand je reviens ici, je vois que c’est tellement beau et calme. J’adore Montréal, je suis très heureuse d’être là, c’est mon nouveau chez nous, mais je pense beaucoup à la maison ici.»

Elle ne s’est pas fixé de date pour la sortie de son prochain album. Elle veut prendre le temps de bien faire les choses, d’explorer et de sortir des sentiers battus.

À 22 ans, Caroline Savoie a déjà six années de métier. La lauréate du Festival international de la chanson de Granby (2015) devient de plus en plus perfectionniste. Rien n’est laissé au hasard. Avant de dévoiler ses compositions au public, elle tient à ce qu’elles soient bien ficelées.

Caroline Savoie sera aussi en spectacle au Festival de la marée montante au Parc Fundy à Alma, ce dimanche à 15h.