Denis Richard emporté par le cancer

Artiste aimé et reconnu comme étant l’un des plus grands auteurs-compositeurs-interprètes acadiens, Denis Richard s’est éteint lundi matin à l’âge de 55 ans, après un long combat contre le cancer. L’Acadie perd ainsi un de ses créateurs les plus talentueux, ayant offert des chansons qui respirent la vérité.

«Il est décédé paisiblement en écoutant la 9e Symphonie de Beethoven. Il n’a pas souffert et s’est battu paisiblement jusqu’au bout», a fait savoir l’agente de M. Richard, Carol Doucet.

«On n’oubliera jamais Denis Richard…», avait écrit le critique musical Sylvain Cormier dans Le Devoir, il y a quelques années. Il avait alors tout à fait raison. Comment oublier cet auteur-compositeur-interprète à qui on doit certaines des plus grandes chansons du répertoire acadien.

Sur des mélodies prenantes, l’artiste originaire de Petit-Rocher a révélé une vision du monde unique et authentique.

De l’incontournable Petit-Rocher à la poignante En un instant, en passant par C’est mieux comme ça, Cap-Enragé, Si le temps m’est permis, Danser seul et Le printemps, ses chansons retentissent encore aujourd’hui. Ce fin observateur du monde qui l’entoure a su avec ses mots et sa musique mettre en lumière l’humanité avec sensibilité. Comédien, chanteur, musicien, auteur-compositeur, Denis Richard qui s’est produit au Canada, en Europe et en Louisiane, a partagé la scène avec de grands noms de la chanson francophone, dont Jacques Michel qui avait salué le talent de l’Acadien après la tournée.

«Mais ce n’est pas tout ! Cette tournée m’aura permis de découvrir un auteur-compositeur-interprète acadien de grand talent : Denis Richard. Ses chansons sont des perles: beaux textes, belles mélodies. Il est un excellent guitariste et il est aussi bon comédien que musicien. On dirait que ce gars-là est né avec tous les talents. Je vous invite à ne pas rater son spectacle s’il est à l’affiche près de chez vous ; vous ne vous ennuierez pas !», avait dit Jacques Michel.

Denis Richard a enregistré quatre albums, dont le plus récent, Chansons… et autres flâneries (2015) qui avait été bien accueilli par la critique. On y retrouve quelques petits bijoux de chansons.

Lauréat du Gala provincial de la chanson de Caraquet en 1979 et du Festival de la chanson de Granby en 1993, Denis Richard qui a fait ses débuts notamment avec le groupe Expresso SVP, a su créer son propre style à saveur folk-rock. Celui qui a oeuvré sur la scène artistique pendant plus de quatre décennies a, entre autres, fait sa marque aux côtés de Zachary Richard avec la chanson Cap Enragé qu’ils ont co-écrite. Cette pièce est devenue l’un des grands succès de Zachary Richard. Par la suite, ils ont collaboré à plusieurs reprises ensemble, notamment pour la chanson thème Ce médaillon du documentaire Zachary Richard, toujours batailleur, de Phil Comeau.

Denis Richard, c’est aussi le comédien qu’on a vu, entre autres, dans le spectacle musical La Vallée des possibles à Memramcook, dans la pièce Laurie ou la vie de galerie de l’auteur Herménégilde Chiasson, un des plus grands succès du théâtre acadien.

Il a également fait la musique de cette pièce (disponible aussi en CD). Même chose pour Les Défricheurs d’eau. À partir de 1994, il a oeuvré comme comédien au théâtre, acteur dans des téléséries et comme auteur-compositeur pour le théâtre et pour des artistes comme Jean-François Breau, Annie Blanchard et Roch Voisine.

En 2012, après avoir reçu un diagnostic de cancer, ses amis musiciens ont monté un spectacle au Théâtre Capitol afin de lui venir en aide et lui rendre hommage. Ce spectacle qui a rassemblé 25 artistes a démontré l’ampleur de l’oeuvre de Denis Richard.

«Tu as mis de la dentelle dans nos vies avec tes textes et la beauté de ton oeuvre», avait alors exprimé la chanteuse Sandra Le Couteur.

Ce spectacle qui a été finaliste aux Prix Éloizes 2014 avait donné un nouveau souffle à Denis Richard pour enregistrer un quatrième album et repartir sur la route. En 2014, l’Académie Isabelle-Thériault lui a rendu hommage suivi par le village de Petit-Rocher l’année suivante. Il est devenu le premier artiste à être intronisée par une nouvelle galerie de son village, La Galerie Chaleur en musique.

Denis Richard a voulu aussi redonner à la communauté en s’engageant dans la campagne de l’Arbre de l’espoir. Il en a assumé la coprésidence avec l’acteur et lutteur professionnel Robert Maillet en 2016.

« Sa musique va continuer, c’est sûr»

Les réactions au décès de Denis Richard sont nombreuses, lundi. En entrevue téléphonique, son agente et proche collaboratrice, Carol Doucet, fait l’éloge de ce créateur qui a laissé sa marque sur la culture acadienne.

«C’est sûr que Denis est un des plus grands artistes acadiens. Tout le monde va te dire la même chose. C’est vraiment l’un de nos plus grands auteurs-compositeurs. Il avait encore plein de choses à faire. Cinquante-cinq ans, c’est vraiment trop tôt pour partir. Sa musique va continuer, c’est sûr.»

Son grand ami et complice depuis de nombreuses années, Danny Boudreau, abonde dans le même sens.

«Moi, je pleure un ami, un frère. Je pense que l’Acadie au complet va pleurer. Pour moi, le plus grand auteur-compositeur que l’Acadie a connu, c’est Denis Richard, sans aucun doute.»

Danny Boudreau affirme qu’il laisse un héritage considérable derrière lui. «Je pense que son legs est grand. Même si Denis Richard n’a pas fait beaucoup d’albums, c’était un artiste sans compromis. C’était un artiste qui a toujours fait ce qu’il voulait faire sans se soucier vraiment de ce que les autres en pensaient. C’était important pour lui d’être intègre.»

Il se dit cependant un peu soufflé par son départ, puisqu’il était l’une des personnes les plus résilientes qu’il connaissait.

«Même dans les derniers temps quand j’allais le voir. Il y a une journée où je suis allé, il ne parlait pas. Et le lendemain au palliatif, il était assis sur le bord de son lit et il me parlait comme on se parle. Je m’étais dit “il va sortir le démon”.»

Éric Thériault a bien connu Denis Richard. L’artiste néo-brunswickois avait la gorge nouée par l’émotion en lui rendant hommage.

«Aujourd’hui on le perd, mais on ne le perd pas. Denis est toujours là à travers sa musique et sa poésie», dit-il.

«Il disait toujours oui, il donnait de son temps. C’était la cause qui comptait», ajoute-t-il.

Celui qui s’est déjà produit en spectacle avec Denis Richard a conservé plusieurs pièces inédites chez lui. «J’étais en quelque sorte son archiviste. J’ai des chansons que personne ne connaît. Je m’engage à les partager avec vous autres un jour», dit-il.

Diane Losier, qui faisait partie de la garde rapprochée de Denis Richard, pleure la mort d’un homme qui «avait ce que les grands possèdent».

«C’était un beau cheval fougueux, il était spontané mais aussi très réfléchi», lance-t-elle.

La comédienne retient de lui sa soif de partager avec les autres son regard sur la vie.

«C’est un univers qui part et Denis avait un univers riche et profond», dit-elle.

Elle espère que sa mort fera découvrir son oeuvre à plus de gens, particulièrement chez les plus jeunes.

Zachary Richard est bouleversé par la mort de Denis Richard, qu’il connaît depuis 25 ans et avec qui il a coécrit des chansons.

«Nous avons perdu une grande lumière… Un poète, un chanteur, un ami, un frère. Il va me manquer beaucoup», laisse-t-il tomber.

Il souhaite que les Acadiens retiennent de Denis Richard son attitude positive et son sens de l’humour.

«Il était assez coquin et toutes les séances d’écriture que j’ai fait avec lui, c’était toujours avec énormément de plaisir. C’était quelqu’un de très généreux et de souriant. C’est le souvenir de son sourire que j’aimerais qu’on retienne», dit-il.

La mort de Denis Richard a fait réagir dans la sphère politique. «Un grand musicien et parolier nous a quitté. Sincères condoléances à sa famille et à ses proches.», a écrit sur Twitter Mélanie Joly, ministre fédérale du Patrimoine Canadien.

Le village de Petit-Rocher, d’où provient le musicien, a aussi réagi sur Facebook. On dit recevoir la nouvelle avec une grande tristesse. «Repose en paix, au pied d’une roche à Petit-Rocher», est-il écrit.

Donneur d’espoir

En Denis Richard, l’Acadie a non seulement perdu un de ses artistes les plus talentueux, mais aussi une âme très charitable.

Le musicien agissait en effet comme co-président provincial de la campagne de l’Arbre de l’espoir depuis 2016.

«Denis a été, pour de nombreuses personnes, une véritable source d’inspiration>, a indiqué le vice-président du Cabinet provincial de la campagne de l’Arbre de l’espoir, Claude Paré.

«Pendant plusieurs années, il a vécu la maladie de près et malgré ce combat, il n’a jamais hésité à donner un coup de main à la campagne de l’Arbre de l’espoir. Il n’a peut-être été coprésident que pour une seule campagne, mais il a laissé sa marque, par ses témoignages touchants, ses paroles encourageantes, et son message d’espoir.»

Au cours de l’automne 2016, Denis Richard a participé à de nombreuses activités liées à la campagne de l’Arbre de l’espoir. Il a livré plusieurs témoignages, et c’est avec honnêteté et générosité qu’il a partagé avec le public les hauts et les bas de son combat contre le cancer.

«Nous savions que Denis ferait un excellent travail à la tête de la campagne, aux côtés de Robert Maillet, mais il nous en a donné encore plus que ce à quoi on s’attendait», explique Jacques B. LeBlanc, PDG de la Fondation CHU Dumont.

«Je pense que ça décrit bien qui était Denis Richard: quand il s’investissait dans quelque chose, il se donnait à fond pour réussir et pour atteindre les objectifs fixés. Malgré son propre combat contre le cancer, Denis était toujours prêt à prendre la parole afin d’inspirer les gens. Il voulait leur donner de l’espoir dans leur lutte contre la maladie. La contribution de Denis à la campagne de l’Arbre de l’espoir a été immense. Notre équipe a été marquée par son passage à l’Arbre de l’espoir, et sa contribution ne sera jamais oubliée.»

– Détails et réactions à venir

(Avec la collaboraton des journalistes Pascal Raiche-Nogue et Anne-Marie Provost)