Assistance record à l’Été musical de Barachois

Plus achalandée que jamais, la 37e saison de l’Été musical de Barachois se termine, jeudi, avec une touche de romantisme et de virtuosité. Le concert de clôture, Pays urbain, met en vedette la violoniste Andréa Tyniec et le pianiste Stephen Runge.

La musique classique à Barachois n’aura jamais été aussi populaire. Les directeurs artistiques de l’Été musical dressent un bilan positif de la saison qui a proposé neuf concerts dans la salle Viola Léger de l’Église historique de Barachois. Les directeurs artistiques Julien LeBlanc et Pierre-André Doucet estiment que plus de 1000 spectateurs ont assisté aux divers concerts.

«Cet été, nous avons connu plus de 1000 entrées sans compter notre dernier concert, une hausse importante par rapport à l’an dernier. Nous avons vu 22 artistes se produire sur scène, dont cinq jeunes artistes de notre toute nouvelle Académie d’art vocal de l’Été musical de Barachois, en plus de six jeunes artistes de la région, invités en collaboration avec Début Atlantique et le Festival de musique du Grand Moncton, entre autres», a expliqué Pierre André Doucet dans son rapport préliminaire.

Les amateurs de musique ont pu entendre des œuvres de 53 compositeurs, dont 16 compositeurs canadiens, afin de célébrer le 150e anniversaire de la Confédération canadienne. Ana Sokolovic, Jacques Hétu, John Greer, Kelly-Marie Murphy, Norbert Palej, Achille Fortier, Calixa Lavallée figurent parmi les compositeurs.

«Ç’a été notre meilleur été à ce jour. Les deux derniers concerts ont été présentés à guichets fermés. En général, les autres concerts avaient aussi plus de monde qu’à l’habitude. Il y a quelques facteurs, comme le fait qu’il y avait beaucoup de touristes dans la région qui sont venus à nos concerts», a expliqué Julien LeBlanc, attribuant aussi ce succès à la notoriété publique de certains musiciens comme le pianiste Charles Richard-Hamelin.

Au-delà de la série de spectacles, neuf causeries présentées par des historiennes, des artistes visuels, des compositeurs, interprètes et comédiens ont complété la programmation. Parmi les moments forts, les directeurs artistiques notent la création de l’Académie d’art vocal de l’Été musical, ainsi que les deux concerts mettant en vedette les lauréats du prestigieux concours de Bourse de développement de carrière du Women’s Musical Club of Toronto (Charles Richard-Hamelin, Stéphane Tétreault et Pierre-André Doucet). Les organisateurs ont également rendu hommage au directeur artistique fondateur de l’Été musical, Normand Robichaud.

«C’est très encourageant et je pense que ça promet pour l’avenir. On espère que le succès de cet été va faire boule de neige et incitera des gens qui ne venaient peut-être pas par le passé, à venir à nos activités.»

Le concert de clôture Pays urbain risque aussi de figurer parmi les moments forts de la saison, estime Julien LeBlanc. Le pianiste Stephen Runge, reconnu pour sa sensibilité et versatilité, qui enseigne à l’Université Mount Allison se produira avec la violoniste Andréa Tyniec de Toronto.

«Ils préparent un très beau programme avec deux œuvres d’une compositrice canadienne – Ana Sokolovic – qui est un peu la coqueluche de la musique contemporaine au Canada. C’est une musique absolument formidable.»

Le programme comprend aussi deux grandes sonates du répertoire romantique, dont la neuvième de Beethoven (Kreutzer) et la redoutable 2e sonate de Schumann.

«C’est définitivement un programme qui colle bien avec les derniers programmes qu’on vient d’entendre. C’est une belle façon de terminer cette saison qui a été très appréciée et haute en couleur», a conclu Julien LeBlanc.

Le spectacle met en vedette aussi le percussionniste Martin Daigle dans le cadre de la Série jeunes artistes. Il y aura aussi une causerie pré-concert, en anglais, livrée par l’artiste visuel Robert Van der Leelie. La soirée débute à 19h30.