Les danses folkloriques de Miquelon en tournée dans les Maritimes

eunes et moins jeunes auront l’occasion de se familiariser avec les danses traditionnelles françaises. En tournée au Nouveau-Brunswick et à l’Île-du-Prince-Édouard, du 11 au 17 septembre, les 28 membres de la troupe de danses folkloriques de Miquelon offriront des spectacles, des ateliers et des rencontres.

Ce vaste échange culturel est organisé par le Conseil provincial des sociétés culturelles (CPSC) et Miquelon Culture Patrimoine. Petite île française de 630 habitants dans l’océan Atlantique, Miquelon a développé un lien d’amitié avec l’Acadie. Les deux organismes entretiennent des liens privilégiés depuis 2009. Manolita De Lizarraga et Pascale Coste de l’association miquelonnaise sont impatientes de partager leur culture avec le public de l’Acadie.

Leur objectif est de préserver et de transmettre leurs traditions au-delà de leurs frontières.

«Nous sommes très heureux de faire ce déplacement. On essaie de faire perdurer les traditions locales, la danse et les violoneux. Les danseurs se voient tous les dimanches pour répéter et se rencontrer et apprendre de nouvelles danses qui sont des anciennes danses. Au fil du temps, c’est devenu des danses traditionnelles miquelonnaises, mais qui viennent aussi bien de Bretagne, du Pays basque ou d’ailleurs. On essaie de transmettre ces traditions aux générations futures. C’est très important pour l’association», a déclaré Manolita De Lizarraga, en entrevue via vidéo-conférence.

Dans leurs danses, il y a aussi des influences acadiennes. La directrice du CPSC, Marie-Thérèse Landry, souligne que les Acadiens reconnaîtront certaines similitudes avec leurs danses folkloriques. En plus des spectacles, la troupe offre des ateliers intergénérationnels, a fait savoir l’agente de tournée Michelle Paulin. Les spectacles sont présentés dans des salles de spectacles, des écoles et des centres communautaires.

«On a des liens avec tous les Acadiens. C’est important pour nous ces rencontres-là qui nous permettent d’échanger, de partager et de faire des comparaisons entre nos danses», a indiqué Manolita De Lizarraga.

Marie-Thérèse Landry mentionne que la tradition culturelle à Miquelon est très vivante. «Leur présence nourrit aussi notre patrimoine», a-t-elle partagé.

D’après celle-ci, la danse folklorique connaît une renaissance, notant du même souffle le retour des veillées de danse traditionnelle au Festival Acadien et les partys de cuisine à Memramcook.

«Au Nouveau-Brunswick, nous avons un éventail très large au niveau des goûts culturels. On aime la danse traditionnelle comme on aime l’art contemporain», a commenté Mme Landry.

La troupe de danses traditionnelles de Miquelon en sera à sa deuxième tournée au Nouveau-Brunswick. La dernière fois c’était en 2013.

«Quand ils sont arrivés avec l’idée de la danse folklorique une première fois, j’avais des doutes parce que j’ai souvent entendu dire que l’Acadie voulait se détacher du folklore. Je dirais qu’il y a comme une renaissance de l’intérêt chez la jeune génération. Le folklore fait partie de l’histoire du monde, je pense qu’il ne faut jamais le rejeter. On peut aimer ou ne pas aimer, mais on ne doit pas l’interdire. Ça fait partie de la culture.»

Le CPSC a collaboré avec Miquelon Culture Patrimoine dans divers domaines, notamment en théâtre communautaire. La tournée s’étend du 11 au 17 septembre. Elle débute à Charlottetown pour se terminer à Edmundston. La troupe rencontrera aussi la communauté malécite d’Edmundston. Au Nouveau-Brunswick, les danseurs et les musiciens visiteront aussi les villes de Memramcook, Baie Sainte-Anne, Lagacéville, Néguac, Atholville et Saint-François de Madawaska.