Ventus Machina, la musique dans toutes ses couleurs

Venant de différentes régions du monde, les musiciens du quintette à vent Ventus Machina proposent une variété de styles inspirés du jazz, des musiques sud-américaine, cubaine et des grandes mélodies de Bernstein. Pour leur sixième saison, l’ensemble lance In the Weeds, leur premier album.

Depuis sa fondation en 2011, Ventus Machina a offert plusieurs ateliers pédagogiques et concerts dans le cadre de la série Virtuoso de Symphonie Nouveau-Brunswick. Issu de l’orchestre provincial, le quintette mène aussi des projets indépendants. Après avoir sorti une petite maquette de trois pistes, l’ensemble a eu envie d’offrir un album complet qui reflète l’éventail de ses capacités et des programmes qu’il présente en concert. Sur cet opus, on retrouve aussi deux œuvres composées spécialement pour le quintette.

Plein d’énergie, l’album comporte aussi des moments plus calmes et atmosphériques notamment avec la pièce Milonga Sin Palabras d’Astor Piazolla. Cinq grandes œuvres se retrouvent sur ce disque. Le compositeur Martin Kutnowski de Fredericton leur a écrit une oeuvre inspirée de son Argentine natale.

«C’est une pièce qui est complètement éclatée, tellement que c’est difficile de décrire le style. C’est super imagé», a commenté le bassoniste Patrick Bolduc.

Le quintette a aussi collaboré avec le compositeur américain Mike Titlebaum qui a créé une pièce en trois mouvements inspirée du jazz.

«Pour un musicien jazz, écrire pour un quintette à vent, ce n’est pas nécessairement traditionnel, ça fait que c’est un bon défi pour nous aussi. Quand on a reçu les deux premiers mouvements, on a dit c’est très joli et ce n’est pas tellement difficile. Avec ce commentaire en tête, Mike Titlebaum s’est mis au travail sur le troisième mouvement (In the Weeds) qui a un niveau de difficulté beaucoup plus élevé que les deux premiers. Ça nous a pris beaucoup de travail pour le maîtriser», a raconté le musicien.

En fin de compte, ils ont tellement aimé cette oeuvre qu’ils ont décidé d’en faire le titre de l’album. Les musiciens du groupe viennent de l’Alberta, du Québec, du Venezuela, de la Suède, des États-Unis et du Nouveau-Brunswick. Aujourd’hui, la formation qui est établie à Dieppe est plus solide que jamais, estime Patrick Bolduc.

«Six ans plus tard, c’est plus qu’un groupe musical, nous sommes des amis proches. On passe du temps ensemble à l’extérieur de nos répétitions. C’est une famille pour le meilleur et pour le pire.»

L’album comprend aussi des œuvres d’Astor Piazolla, du clarinettiste jazz et compositeur cubain Paquito D’Rivera (Aires Tropicales) et l’arrangement de Richard Price de West Side Story, basé sur des mélodies de Bernstein.

En plus de Patrick Bolduc, le groupe est formé de Karin Aurell (flûte, piccolo, flûte basse), Christie Goodwin (hautbois, cor anglais), James Kalyn (clarinette) et Ulises Aragon (cor).

Le lancement de l’album aura lieu à la Salle Neil-Michaud à l’Université de Moncton, ce dimanche de 17h à 19h.

Hommage à Denis Richard

Parmi ses nombreux projets, Ventus Machina présentera à compter du 22 octobre la série de concerts At Home Chez Nous qui vise à célébrer les liens qu’ils ont développés avec les communautés artistiques.

Ils ont invité des artistes à collaborer avec eux, dont le regretté Denis Richard. Patrick Bolduc raconte qu’ils ont entrepris ce projet avec l’auteur-compositeur-interprète acadien l’année dernière. Dans les semaines ayant précédé son décès, Denis Richard les a encouragés à aller de l’avant avec le projet, même sans lui.

«C’est Christian «Kit» Goguen qui va interpréter les chansons de Denis Richard qui ont été arrangées pour le quintette.»

Le quintette a aussi invité le musicien Ray Legere à participer à cette tournée de concerts. Andrew Creegan et Jean-François Mallet ont composé aussi des pièces pour la formation. La tournée se déroulera du 22 octobre au 5 novembre et s’arrêtera dans sept villes du Nouveau-Brunswick.