Festival (506): la musique du N.-B. dans toutes ses couleurs

Près d’une quarantaine d’artistes et plus de 30 délégués prendront part au Festival (506) à Moncton, du 12 au 14 octobre, qui récompensera l’excellence musicale tout en discutant des enjeux de l’heure de l’industrie musicale.

Animée par Izabelle Ouellet, la soirée des prix Musique NB, qui mettra en vedette Cy, Laurie LeBlanc, Mike Biggar, Motherhood et The Galpines, donnera le coup d’envoi du festival, jeudi. Environ 200 personnes sont attendues pour cette soirée qui aura lieu dans la grande salle du Tide & Boar, à compter de 20h.

Les organisateurs du festival ont sélectionné 32 artistes et groupes pour présenter des extraits de spectacle de 30 minutes. Selon le directeur général de Musique NB, Jean Surette, ces courts spectacles donneront un bel aperçu de la scène musicale actuelle de la province.

«Ce sont des artistes qui sont actifs en ce moment sur la scène musicale et sur les différentes plateformes numériques», a indiqué M. Surette.

Les organisateurs cherchent à présenter des musiciens qui ont quelque chose de nouveau à offrir, soit un spectacle ou un nouvel album. Jean Surette admet qu’ils auraient pu accueillir une quarantaine d’artistes, tellement la demande a été élevée cette année. Ils ont préféré réduire le nombre de musiciens afin de leur donner plus de temps sur scène.

Ellie Côté, Danny Boudreau, Émilie Landry, Seconde Nation, The BackYard Devils, George Belliveau, Maggie Savoie, Joey Robin Haché, Cédric Vieno, Kevin McIntyre et FaSinantes figurent parmi les musiciens en vitrine. Les spectacles sont présentés le vendredi et le samedi à compter de 19h30. Ils ont lieu dans la Salle Bernard-LeBlanc du Centre culturel Aberdeen, au Tide & Boar et à la Salle Empress. Divers genres musicaux allant du folk au rock, en passant par le country, le blues, la pop, le punk et le traditionnel seront représentés. Bien que la musique classique ne s’y trouve pas, Musique NB a choisi d’organiser une rencontre consacrée à ce secteur afin de discuter, entre autres, d’exportation.

Au-delà des spectacles, l’association propose deux jours de conférence, dont un symposium sur l’industrie de la musique qui se déroulera vendredi toute la journée. Les organisateurs attendent une soixantaine de personnes, dont plus de 30 diffuseurs, programmateurs, agents, gérants, producteurs et représentants d’associations. Ils viennent de différentes régions du pays et d’aussi loin que l’Allemagne. Jean Surette mentionne qu’ils n’ont jamais accueilli autant de professionnels de l’industrie.

«On essaie de trouver des gens qui vont desservir les deux communautés linguistiques. En général à l’exception des ECMA qui le fait un peu, les autres événements sont soit francophones ou anglophones. On essaie de créer des liens le plus possible entre les deux communautés.»

Lors du symposium, Musique NB présentera une analyse des retombées économiques de l’industrie musicale de la province. Cette étude, qui avait été dévoilée une première fois il y a deux ans, donnera le ton à l’ensemble des discussions. Amy Terrill de Music Canada présentera une conférence sur les moyens de rendre une ville vibrante par la musique. L’association a invité des représentants des municipalités à participer à cet événement.

«C’est l’idée que la musique peut contribuer à l’épanouissement d’une ville, pas seulement au niveau social et culturel, mais aussi économique. On va prendre cette information et on va faire un genre de sommaire et cela pourrait donner aux municipalités des outils et des idées pour mieux servir leur communauté à travers la musique.»

Une rencontre sur l’industrie de la musique au féminin se tiendra également le vendredi. Des femmes qui oeuvrent dans le secteur musical partageront leur expérience.

«C’est vrai que l’industrie est très masculine, mais on voulait aussi souligner qu’il y a beaucoup de femmes qui travaillent dans l’industrie, pas seulement des artistes.»

Des sessions sur l’exportation, les redevances, la réalisation, des rencontres éclair avec des réalisateurs figurent au menu de la deuxième journée de conférence. Bien que ces sessions s’adressent tout particulièrement au monde de la musique, le public est invité à y assister. Musique NB espère attirer entre 1800 et 2000 personnes à l’ensemble de ses activités d’ici à samedi.