La musique au service du septième art

Auteur-compositeur-interprète, acteur et scénariste, Robin Joël Cool signe de plus en plus de musiques de film. Ses créations se retrouveront d’ailleurs en ouverture et en fermeture du 31e Festival international du cinéma francophone en Acadie.

Le film Les rois mongols, du réalisateur québécois Luc Picard, clôturera le FICFA le 24 novembre au Théâtre Capitol à Moncton, tandis que le documentaire Nos hommes dans l’ouest, de Renée Blanchar, lancera les festivités. Robin Joël Cool, Viviane Audet et Alexis Martin ont créé la musique de ces deux œuvres cinématographiques. Pour Les rois mongols, ils ont composé une musique qui se situe un peu dans la même famille que celle de Camion. C’est d’ailleurs la bande sonore du film de Raphaël Ouellet qui a séduit le réalisateur Luc Picard.

«Il y a des instruments qui sont différents. On a utilisé la kora, mais c’est quand même très folk, avec le piano qui est vraiment à l’avant et l’alto. Il y a petit clin d’œil à Camion avec le banjolélé. Je dirais que Luc Picard nous a bien guidés. C’est un film qui s’est fait naturellement parce que c’était vraiment dans nos cordes. On est quand même du monde qui vient de la musique folk. C’est notre signature», a expliqué l’artiste natif de Tracadie.

Selon celui-ci, leurs compositions se jumellent bien avec la collection de chansons de l’époque des années 1970 choisie par le réalisateur. La musique folk de l’équipe de Robin Joël Cool est plutôt intemporelle. Les rois mongols raconte l’histoire de la famille de Manon, 12 ans, qui est sur le point d’éclater. Cela se passe à Montréal, au mois d’octobre 1970. Manon et son petit frère Mimi sont placés en famille d’accueil. Manon, révoltée et inspirée par l’actualité politique de l’époque, élabore un plan et prend en otage une vieille femme, pour revendiquer le droit de choisir son avenir. Aidée de ses cousins, elle quitte la ville avec Mimi et la vieille dame, déterminée à trouver un refuge où ils seraient enfin tous libres et heureux. Ce film a remporté le Prix du public au Festival de cinéma de la ville de Québec.

«C’est pas nécessairement un film pour les enfants, mais c’est un film familial. C’est une œuvre très grand public plus que jamais. Comme adulte, on est aussi touché que les enfants. C’est un des beaux films sur lequel on a travaillé qui est touchant et drôle en même temps. Vous allez rire et pleurer un peu.»

Les rois mongols est aussi à l’affiche du Cinéma du Centre à Caraquet, de même qu’au Cinéma Péninsule à Tracadie, les 21, 23 et 25 octobre. Bien que Robin Joël Cool et Viviane Audet ne se destinaient pas nécessairement à la composition de musique de film, ils estiment que c’est un domaine qui leur va comme un gant. Ils sont tous les deux acteurs et musiciens. En un an, ils ont créé de la musique pour quatre films.

«C’est comme le meilleur de tous les mondes et on y trouve un plaisir fou. On sait quand la musique doit prendre sa place et être au service de l’histoire. Je pense qu’il y a une sensibilité face au récit qui nous donne peut-être une certaine force.»

Pour le documentaire de Renée Blanchar, ils ont aussi travaillé avec François Richard. Robin Joël Cool songeait à réaliser un film sur Fort McMurray et le scénario s’est transformé en projet musical pour devenir le groupe Mentana. Le musicien se sent particulièrement interpellé par ce sujet puisqu’il a beaucoup de membres de sa famille et d’amis qui ont travaillé dans l’Ouest. Quand Renée Blanchar a réalisé son documentaire, elle a pensé à Robin Joël Cool pour la musique.

Le groupe a aussi signé la musique d’un documentaire russe Sur la lune de Nickel, qui sera présenté en première canadienne vendredi à Montréal. Cette œuvre a remporté plusieurs prix depuis sa sortie. Par ailleurs, le couple Viviane Audet et Robin Joël Cool travaille à l’écriture d’un projet-pilote d’une nouvelle série télévisée à Radio-Canada qui s’intitule Compte conjoint. Cette série à sketches mettra en vedette des couples d’artistes.