Émilie Landry: être résolument social et fragile

Avec son premier disque, Émilie Landry ouvre la porte sur ses émotions et sa fragilité. À travers les six titres de l’album Être social, l’auteure-compositrice-interprète s’est en quelque sorte décortiqué l’âme.

Être social qui vient de paraître sous l’étiquette Le Grenier musique, navigue entre les airs pop-folk, la chanson introspective et de douces mélodies. Réalisée par le chanteur et musicien français Daran, installé à Montréal depuis quelques années, cette œuvre épurée met la voix et les textes de l’avant. La chanteuse native de Campbellton souligne que le réalisateur a été créatif et généreux.

«Nous avons passé beaucoup de temps en studio et Daran met un peu la voix au centre de tout, surtout que mes chansons ce sont beaucoup les textes qui sont importants. Il voulait s’assurer que chaque note avait vraiment sa place et il m’a aidé pour chercher dans ma voix les caractéristiques qui peuvent un peu plus me définir. Souvent, c’est d’accepter des choses qui sont différentes dans notre voix que des fois on n’aime pas, mais ça peut être des qualités qui font nos traits distinctifs par rapport aux autres», a raconté la jeune chanteuse établie à Québec.

Le disque qui vient tout juste de paraître a déjà reçu des commentaires positifs. Émilie Landry est heureuse de voir que son œuvre évoque ce qu’elle avait envie de partager avec le public. Maintenant, elle a hâte de l’offrir en spectacle. Après Québec, plusieurs lancements sont prévus au Nouveau-Brunswick au cours des prochains jours.

Pour réaliser cet opus, elle s’est inspirée de sa propre vie et de son cheminement. Elle a tenté de comprendre un peu plus sa façon d’être, ses relations interpersonnelles et sa place dans le monde. Être social reflète bien l’essence de cet album qui propose une poésie personnelle. Parfois, il est plus facile d’exprimer ses états d’âme par la chanson que par les mots, admet l’artiste. «On va apprendre vite à me connaître avec ce disque», confie-t-elle.

Faire face à soi-même

Depuis la fin de ses études en musique en 2016 et la dissolution du groupe Émilie et Les City Folks, la chanteuse a dû faire face à des changements importants dans sa vie.

«Il faut que je fasse mon chemin toute seule dans la vie dans tous les sens et ça m’a forcé à faire face à moi-même et à rencontrer de nouvelles personnes. C’est de décortiquer des sentiments, du vécu et de les mettre en chanson en espérant avoir appris quelque chose.»

Sur ce disque, elle explore, sous forme de lettres ouvertes ou de questionnements existentiels, l’identité, le rêve, la solitude, l’anxiété sociale et le lâcher-prise, comme dans sa chanson Dans l’nord, où elle se donne le droit de partir à l’aventure.

Afin de produire ce disque, Émilie Landry a mis sur pied une campagne de sociofinancement qui lui a permis de recueillir 4400$. Elle précise que cette somme a financé une bonne partie de la production.

«Je ne serais pas gênée de recommencer parce que je pense que ces gens-là sont contents d’avoir participé au processus et ils n’en ressortent pas les mains vides. C’est une bonne expérience et ça fait parler un peu du projet. Il y a quand même 100 personnes qui ont fait un don et c’est aussi une façon de bâtir une communauté. Ça crée de nouveaux liens.»

Celle qui adore être sur scène a créé un nouveau spectacle pour ses lancements. Après des lancements à Québec et Edmundston, Émilie Landry sera en spectacle au Bar Le Coude jeudi à 20h, ainsi qu’artiste en résidence au Café Europa à Campbellton vendredi, de midi à 17h30. Elle offrira aussi un spectacle au Bistro Coeur d’Artishow à Petit-Rocher samedi à 19h. Elle donnera une vitrine en marge de la FrancoFête en Acadie la semaine prochaine.