L’art public fleuri sur la Place 1604 de Dieppe

Après les des parapluies multicolores suspendus aux abords de la Place 1604, deux nouvelles œuvres d’art ont fait leur apparition au centre-ville de la cité acadienne cette semaine.

L’artiste Mathieu Francoeur a revisité les escaliers menant à l’Hôtel de Ville, en y intégrant des tuiles de céramique éclairées d’une lumière bleue.

L’artiste a ajouté une coque de bateau semi-immergé, sculptée à partir d’une pierre de calcaire. L’élément renvoie à l’histoire de la Place 1604, référence à l’expédition de Samuel de Champlain et l’établissement de la colonie de l’île Sainte-Croix en 1604.

«J’espère que les enfants vont s’amuser à s’installer dans le bateau», s’amuse Mathieu Francoeur.

Le jeune Dieppois a emprunté la vocation d’artiste il y a trois ans alors qu’il suivait un traitement contre le cancer. Il avait à cœur de contribuer à la transformation du centre-ville dans lequel il a grandi.

«Quand j’étais petit, je venais ici et il n’y avait que de la terre. Il n’y avait pas d’Hôtel de Ville, pas de Centre des Arts et de la Culture.»

De son côté, l’œuvre de Guylaine Cyr est composée d’une série de plaques de métal situées le long de l’anneau de glace de la place. Chaque pièce comporte des motifs représentant l’une des provinces canadiennes: le lys pour le Québec, la mésange et le drapeau acadien pour le Nouveau-Brunswick ou encore le pont de la Confédération pour l’Île-du-Prince-Édouard.

Guylaine Cyr espère laisser sa marque pour plusieurs décennies. – Acadie Nouvelle: Simon Delattre

«C’est de l’acier doux que j’ai découpé manuellement au plasma», explique-t-elle. Les pièces ont été galvanisées pour survivre aux générations.

L’artiste joaillière-ferronnière d’Edmundston a été inspirée par ses nombreux voyages. «J’ai traversé plusieurs fois le Canada en auto. Je voulais représenter la diversité de notre pays.»

Guylaine Cyr a travaillé le métal pour former des galets qui relient chaque plaque, en hommage aux soldats canadiens tombés sur les plages de Dieppe en France.

Les deux projets ont été financés par le gouvernement provincial dans le cadre du 150e anniversaire de la Confédération canadienne.