Gregory Charles: encyclopédiste de la musique

Véritable bibliothèque vivante de la musique, le pianiste et chanteur Gregory Charles se propose de créer un spectacle où c’est le public qui choisit le programme. À travers ce concept de concert improvisé qui peut paraître un peu fou à première vue, le musicien a interprété plus de 11 000 chansons différentes au cours des dernières années.

Le pianiste qui multiplie les projets débarque à Moncton et à Edmundston les 8 et 9 novembre, afin d’offrir son spectacle Sur demande.
Avant le début du spectacle ou même pendant l’entracte, les spectateurs notent les chansons qu’ils ont envie d’entendre sur un coupon. Gregory Charles les pige sur la scène et les joue avec ses musiciens. Il ne connaît donc pas le programme de son concert avant de monter sur scène.

Quand on lui demande s’il ressent un certain stress, il répond tout simplement zéro stress en riant. Cette histoire de concert sur demande a commencé bien avant qu’il entreprenne une carrière de musicien professionnel.

«Quand j’étais petit, mes parents faisaient des fêtes et après que les gens aient mangé, tout le monde se déplaçait vers le salon et ma mère me faisait jouer de la musique classique et ensuite elle disait à nos invités qu’en échange du 10 à 12 minutes de musique classique, que j’allais prendre des demandes spéciales. Les gens me demandaient de la musique et je la jouais. Évidemment quand j’étais petit, j’avais moins de répertoires, mais devenu plus grand, j’en ai plus», a raconté l’artiste lors d’un entretien téléphonique avec l’Acadie Nouvelle.

Au début des années 2000, après une tournée mondiale avec Céline Dion, il a eu envie de monter son propre spectacle. Il a eu cette idée de demandes spéciales.

«Au départ, on les prenait à main levée, mais les gens s’obstinaient entre eux. On a trouvé la formule des coupons. J’ai commencé à faire ça au début des années 2000 et il y a peut-être 1,2 million de personnes qui ont vu le spectacle. On l’a fait en France, en Chine, aux États-Unis pendant un bon moment. Et là on s’en vient au Nouveau-Brunswick.»

Rien ne semble à son épreuve. Il peut jouer de l’opéra, de la chanson populaire des années 1930 à aujourd’hui, du rock, du country, du jazz, du blues, en français, en anglais et même du rock danois. Il a interprété plus de 11 000 chansons différentes au cours des dernières années.

«C’était à New York, il y a quelqu’un qui pensait nous prendre en nous demandant une pièce d’un groupe rock danois. On écoute beaucoup de musique et on est des encyclopédistes de la musique. C’est ça notre genre et c’est intéressant pour le public parce que ce n’est jamais pareil.»

Pianiste, chanteur, auteur-compositeur, animateur, comédien, entrepreneur, conférencier et pédagogue, Gregory Charles porte plusieurs chapeaux. Il a fondé sa propre académie de piano en ligne. L’Académie Gregory compte déjà 2100 étudiants, dont plusieurs du Nouveau-Brunswick. Les étudiants reçoivent dix minutes de cours de piano par jour, sept jours semaine, pendant 230 jours. Le pianiste veut ainsi rendre les cours de musique accessibles à un plus grand nombre de personnes. Chaque semaine, il ouvre une fenêtre interactive où les académiciens peuvent lui poser des questions sur les cours de la semaine. Il va d’ailleurs offrir une classe interactive en direct de chez une académicienne d’Edmundston la semaine prochaine.

«Il n’y a personne qui abandonne. C’est une façon de réaliser ses rêves et de rattraper le temps pour les adultes. Pour les enfants, c’est une façon très accessible d’avoir des cours de musique», a ajouté le pianiste.

Gregory Charles sera en spectacle au Théâtre Capitol à Moncton le 8 novembre et au Centre Jean-Daigle à Edmundston le 9 novembre.