Un conflit d’horaire pousse 1755 et Shaun Ferguson à faire un lancement commun

Les conflits d’horaire se multiplient dans le milieu artistique du Nouveau-Brunswick. Les responsables de la cérémonie de remise de prix de l’AMCE et ceux du Gala des Éloizes ont constaté il y a quelques semaines que les deux événements auraient lieu en même temps l’an prochain. L’histoire a bien failli se répéter à Caraquet, alors que 1755 lance son livre jeudi, le même jour que Shaun Ferguson dévoile son deuxième album.

Le légendaire groupe acadien devait lancer son recueil Les chansons du groupe 1755 jeudi soir, à la Boulangerie Grains de folie. Au même moment, le guitariste et auteur-compositeur doit lancer son disque intitulé Résilience, au Centre culturel.

Les membres de 1755 et l’agente de Shaun Ferguson, Véronique Wade, ne se sont aperçus de la bévue que mardi. De nombreuses personnes étaient attendues à chacun des lancements. Or, comme les deux événements avaient lieu le même jour, la même heure et dans la même ville, mais à deux endroits différents, l’un aurait pu cannibaliser le public de l’autre.

«J’ai reçu plusieurs appels de gens me mentionnant qu’ils auraient bien aimé assister aux deux lancements, mais qu’ils devaient malheureusement faire un choix», indique Véronique Wade à l’Acadie Nouvelle.

Qu’à cela ne tienne: après discussions avec 1755, les deux parties ont convenu de faire un double lancement, jeudi soir, au Centre culturel.

«C’est vraiment gentil de la part de Véronique (Wade) d’avoir pensé à cette solution», souligne Roland Gauvin.

«C’était bien involontaire de part et d’autre d’avoir organisé nos événements en même temps, d’autant plus que Shaun (Ferguson) est un ami et que toute la communauté artistique acadienne est comme une grosse famille. Il n’y a pas non plus de compétition entre nous.»

Vers une plateforme commune

Ce conflit d’horaire comme celui de l’AMCE et des Éloizes fait toutefois ressortir une problématique, celle d’un manque de coordination entre les différents événements culturels et le besoin d’avoir un outil permettant aux intervenants du milieu de mieux se concerter sans se piler sur les pieds.

«On discute de ce problème depuis plusieurs années, mais là, avec les récents conflits d’horaire, moi ainsi que plusieurs autres intervenants à qui j’ai parlé dans les derniers jours sentons réellement le besoin d’agir afin que de telles situations ne se reproduisent plus», appuie Véronique Wade, qui, en plus d’être agente d’artistes, est aussi présidente du conseil d’administration de Musique NB.

L’agente entend poursuivre les discussions en vue de la création d’une plateforme ou d’un calendrier commun auquel auraient accès tous les artisans de l’industrie culturelle de la province.

«Ça prend ça. On s’aperçoit qu’il y a beaucoup d’offres en même temps au Nouveau-Brunswick. Ce n’est nullement un manque de respect entre les intervenants culturels. Nous travaillons tous à 100 miles à l’heure et nous n’avons tout simplement pas le temps d’étudier les conflits d’horaire potentiels. C’est pour ça que ça prendrait aussi un coordonnateur à temps plein pour gérer cet outil. Dès les prochains jours, nous allons entamer des démarches auprès des gouvernements à cet égard», avance Mme Wade.

Et pour le double lancement de jeudi soir, Roland Gauvin promet tout un party en compagnie de Shaun Ferguson.

«Finalement, cette histoire se résorbe très bien, puisque ça va devenir un gros happening musical. On va certainement se permettre un petit jam avec Shaun au cours de la soirée», affirme avec enthousiasme le musicien et chanteur de 1755.

Le double lancement de 1755 et de Shaun Ferguson aura lieu à 19h, au foyer du Centre culturel de Caraquet.