Les jeux de lumière au coeur d’un nouveau festival à Moncton

Les créateurs du festival Flash se préparent à éclairer le centre-ville de Moncton les 2 et 3 février. Au menu de la toute première de l’évènement: vidéoprojections architecturales, performances immersives basées sur la lumière et effets d’optique.

Reconnus pour le succès du Festival Inspire, les membres du collectif L’Art ici SVP frapperont de nouveau en février à grands coups de luminothérapie. Pendant une fin de semaine, ils entendent réveiller Moncton, souvent endormie au creux de l’hiver.

Dès la tombée de la nuit, les façades de bâtiments de la rue Main serviront de support à des vidéoprojections temporaires et aux éclairages de toutes sortes. Installations permanentes et performances éphémères viendront illuminer les journées les plus sombres de l’année.

«Vous pouvez vous attendre à ce que les plus grands édifices de Moncton soient enveloppés grâce à la vidéo pour créer des illusions d’optique et changer le paysage de la ville temporairement», explique la directrice du groupe, Lisa Griffin.

Pour le moment, le nom des bâtiments choisis reste secret. Seul indice, certains comptent parmi les édifices «les plus iconiques» de la ville, nous dit Lise Griffin.

Les organisateurs se sont inspirés d’évènements populaires tels que Montréal en lumière, le festival Nocturne d’Halifax ou la Fête des Lumières de Lyon en France.

«On voulait faire quelque chose de futuriste et encourager les artistes du Canada Atlantique spécialisés dans les arts médiatiques. Nous allons proposer un évènement que l’on voit rarement hors des grandes capitales.»

L’artiste visuel Wasko (Nick Iwaskow de son vrai nom) sera l’une des vedettes du festival. Basé à Halifax, il crée d’impressionnantes projections en trois dimensions à l’occasion de concerts et divers festivals.

Concerts, séances de projection, expériences culinaires et autres découvertes sensorielles formeront le plus gros de la programmation. Les résidents de Moncton seront aussi invités à participer au «GIFfest» un concours qui permettra à chacun de créer des images animées et de les projeter sur les murs de la ville.

«On pense que tout le monde a la capacité de faire de l’art avec son téléphone ou son ordinateur. C’est une façon d’impliquer le public dans la programmation», souligne Lisa Griffin.

Les créateurs de FLASH souhaitaient combattre à leur manière le spleen de l’hiver et d’embellir la ville le temps d’une fin de semaine. «Dans nos cercles d’artistes, beaucoup sont atteints de troubles affectifs saisonniers, souligne Lisa Griffin. Beaucoup de gens pensent à quitter Moncton pendant l’hiver.»

Le festival comprendra une partie gratuite et ouverte mais le public devra se procurer des billets pour assister à l’intégralité des évènements. Le nombre de billets sera limité et ils seront en vente dès le mois de décembre à un tarif privilégié pour les plus rapides.

Le travail de Wasko:

Posted by Wasko on Thursday, September 28, 2017