Laurie LeBlanc Personnalité culturelle 2017 de l’Acadie Nouvelle

Artiste Country de l’année au MNB Awards à Moncton, Prix du Public GMC au Gala Country à Montréal, sacré pour la première fois la catégorie Country lors du Gala de la SOCAN, invité dans de nombreux festivals cotés tant au Québec que dans les Maritimes, frénésie des palmarès d’ici ou d’ailleurs au pays pour son album 20… Dire que Laurie LeBlanc a connu une année 2017 couronnée de succès est un euphémisme. Et rien ne semble vouloir arrêter la locomotive dans laquelle il est embarqué et qui roule à vive allure sur les rails de la Planète Country!

Il n’est donc pas surprenant que l’Acadie Nouvelle ait choisi le sympathique et populaire auteur-compositeur-interprète country comme Personnalité culturelle de l’année 2017.

Tout en avouant, au cours d’un entretien téléphonique, sa surprise d’être ainsi honoré, Laurie LeBlanc reconnaît non sans fierté avoir eu une heureuse année.

«Je roule ma bosse au fur et à mesure que le temps avance et que des portes s’ouvrent pour moi. Les prix que j’ai remportés, c’étaient tous de belles surprises, particulièrement celui de la SOCAN. C’était très spécial», souligne Laurie LeBlanc d’un ton enjoué.

Lorsque nous lui demandons quel est, selon lui, le secret de son succès, le chanteur hésite, confiant être lui-même un peu dépassé par tout ce qui lui arrive.

«Je suis très chanceux d’avoir mon épouse, Jeannette, avec moi. Elle s’occupe des communications, de la promotion et de la gestion de ma carrière. Nous composons aussi ensemble. Il y a plein d’autres gens derrière tout ça aussi; j’aurais peur d’en oublier en les nommant.»

Le plus important pour lui – et c’est probablement là la véritable recette de son succès -, c’est qu’il fait ce qu’il aime, appuie-t-il avec assurance, tout en osant parfois sortir des sentiers battus.

«Je n’ai pas l’impression de travailler. J’ai toujours eu cette vision-là de faire ce que j’ai envie de faire sans nécessairement suivre une trajectoire déjà toute faite. Pour le reste, on ne sait jamais ce qui va se présenter par la suite et j’accepte tout ce que la vie me donne», soutient Laurie LeBlanc entre deux «mercis» pour l’honneur que le journal lui fait.

L’histoire est désormais connue: la carrière de Laurie LeBlanc est partie en vrille en 2016 à la suite de la diffusion de sa chanson Moi itou mojito sur les ondes montréalaises d’une émission du populaire animateur Paul Arcand. Depuis, les critiques comme le public se sont pris d’affection pour l’artiste country qui secoue un peu les puces de son genre musical tout en apportant un vent de fraîcheur sur scène, tant grâce à sa musique qu’à sa personnalité attachante.

«Mes parents écoutaient du country conventionnel, que j’aime beaucoup aussi, mais mes influences musicales sont très diverses. Ça va du vieux rock à du George Jones, en passant par du reggae et plusieurs autres styles. J’essaie de ne jamais répéter exactement ce que j’ai fait par le passé, sans pour autant renier mes racines. Je me vois un peu comme un artiste peintre dont on reconnaît le style, mais dont le public peut constater l’évolution au fil des années. Ma musique évolue aussi de cette façon», explique Laurie LeBlanc.

Son 6e album, Couleurs, qu’il lancera à Dieppe en février, illustre bien cette liberté de création qu’il se donne et à travers laquelle un large public peut y trouver son compte, estime-t-il.

«Mon prochain album va renfermer plusieurs bons textes positifs ainsi que quelques réflexions profondes. Nous essayons aussi d’autres choses sur le plan musical tout en gardant un fond country bien présent. Ma femme et moi, nous vivons ça comme une belle aventure et nous verrons où ça va nous mener», déclare Laurie LeBlanc.

Le lancement de Couleurs aura lieu le 2 février, à 20h, au Centre des arts et de la culture de Dieppe. Laurie LeBlanc partira ensuite en tournée pour 12 autres spectacles aux quatre coins de l’Atlantique sous l’égide du RADARTS, jusqu’à la mi-mars. Tous les détails sur le site de Laurie LeBlanc (laurieleblanc.com).