Chloé Breault veut transmettre sa passion musicale aux jeunes

Après avoir été elle-même inspirée par d’autres à embrasser la carrière musicale, Chloé Breault veut à son tour transmettre sa flamme aux jeunes. De retour dans sa Péninsule acadienne depuis peu, la jeune auteure-compositrice-interprète prend maintenant les inscriptions pour des cours privés et projette ouvrir sous peu sa propre école de musique en bonne et due forme.

Après trois ans d’études en musique au Cégep de Drummondville au Québec, Chloé Breault a de nouveau déposé ses valises dans la région qui l’a vue grandir, à Caraquet, plus précisément, cela dans le but de reprendre l’enseignement de la musique tout en menant sa carrière artistique en plein essor depuis la sortie de son premier mini-album, Love, en octobre.

L’expérience professorale n’est pas tout à fait nouvelle pour l’artiste âgée de 21 ans. Au cours des dernières années, et ce, tout en travaillant au Festival acadien de Caraquet, Chloé Breault a donné des séances de formation musicale chez elle.

«J’enseigne exactement de la même façon dont j’ai appris la musique et où j’ai développé ma passion. J’ai été élève de l’Académie Isabelle Thériault et c’est vraiment elle qui m’a donné le feu sacré pour la chanson. Ce qu’elle a fait comme travail pour les jeunes avant qu’elle ne devienne directrice du Festival acadien et qu’elle ferme son école était incroyable», souligne Chloé Breault, au cours d’un entretien téléphonique.

L’Académie Isabelle Thériault reste donc, à ses yeux, son alma mater en quelque sorte. Chloé Breault compte d’ailleurs s’inspirer de la façon de faire de son ex-enseignante tout en développant ses propres techniques dans sa future école.

«Le concept d’Isabelle, je le trouve intéressant. Mais je veux l’adapter à ma manière de faire. J’aimerais entre autres inviter des artistes professionnels à venir offrir des masters classes tout en favorisant l’apprentissage multiple de la musique et la création. C’est un peu ce qu’Isabelle faisait, mais je veux encore pousser ça davantage», indique celle qui compte donner des cours de chant, de guitare et de basse, notamment, aux gens âgés de 10 ans et plus.

«À l’école, les cours musicaux sont très structurés. Il y a beaucoup de théorie et souvent peu de choix d’options d’instruments disponibles. Moi, je veux familiariser les jeunes avec la musique tous azimuts en misant sur la diversité et la créativité», exprime-t-elle avec élan.

Si pour le moment, elle donne des cours privés chez elle, la jeune femme compte bien inscrire sa formation sous l’égide d’une école de musique officielle, et très bientôt. Déjà, l’artiste acadienne visite ces jours-ci des locaux afin de trouver pignon sur rue pour son académie.

Cela, tout en poursuivant son ascension artistique. Lauréate au Gala de la chanson de Caraquet en 2014, Chloé Breault a depuis multiplié les apparitions sur scène et a lancé, l’automne dernier, son mini-album Love.

«C’est faisable d’avoir mon école de musique tout en gérant ma carrière solo. Les artistes, en 2018, ont souvent plus d’un métier et les deux demeurent dans mon domaine de prédilection. Mes études à Drummondville ne m’ont pas empêché non plus de me produire en spectacle. J’ai confiance pour la suite des choses», soutient Chloé Breault.

Au cours des prochains mois, elle foulera d’ailleurs les planches en compagnie de Matt Boudreau et de Christine Melanson.

«C’est un peu une idée out of the blue qu’a eue la gérante Carol Doucet de nous réunir sur scène. Je connais Matt Boudreau depuis longtemps et j’ai rencontré Christine Melanson l’été dernier. Nous avons trois univers différents et ce sera très intéressant de mélanger tout ça ensemble.»

Le trio devrait se déplacer en tournée entre mai et novembre. Un album en perspectives? Pourquoi pas, répond Chloé Breault, étant donné que l’idéatrice du spectacle est aussi la directrice de la maison de disque Le Grenier Musique.

«On ne sait jamais! Quand j’ai commencé à faire de la musique, je ne pensais pas une minute que j’allais enregistrer un mini-album un jour, et surtout pas dans un style folk-pop. Si le public répond bien à nos shows, tout peut être faisable», avance-t-elle.

Les gens intéressés à s’inscrire aux cours de musique de Chloé Breault peuvent communiquer avec elle par le biais de sa page Facebook, ou encore par courriel.

Entre-temps, elle sera en spectacle le 28 mars au Bar le Coude de Moncton, ainsi que le lendemain, au Bistro Coeur d’Artishow de Petit-Rocher.