Une Acadienne poète officielle du Parlement canadien

Depuis le 1er janvier, c’est une Acadienne qui fait la chronique de la vie parlementaire, en poésie.

Georgette LeBlanc est devenue, en début d’année, la huitième poète officielle du Parlement.

Depuis 2001, on confie à des poètes la création de textes récités et publiés lors de cérémonies officielles. Le poète du Parlement parraine également des séances de lecture publique et conseille la bibliothécaire sur la collection culturelle de la Bibliothèque du Parlement.

Le poste a été créé pour attirer l’attention des Canadiens sur la poésie.

Mme LeBlanc succède à George Elliott Clarke qui a terminé son mandat de deux ans en décembre.

Née à Saint-Jean-sur-Richelieu, au Québec, Mme LeBlanc a grandi dans la région de la baie Sainte-Marie, en Nouvelle-Écosse. Elle a obtenu un doctorat en études francophones à l’Université de Louisiane à Lafayette. Elle a publié plusieurs recueils de poésie dont l’un, « Prudent », a été finaliste du prix littéraire du gouverneur général en 2014.

Sa poésie s’est retrouvée dans des publications littéraires, comme Voix plurielles et Estuaire, mais aussi sur des supports plus accessibles à la culture populaire comme l’album Havre de Grâce du groupe Radio Radio.

« Au plaisir de continuer d’écrire et d’inspirer la poésie – dans toutes ses formes pendant ces deux prochaines années. De célébrer et de faire connaître la langue poétique, cette parole individuelle qui enchante et régénère les quatre coins de ce nouveau monde », a écrit Mme LeBlanc dans le communiqué qui annonce son arrivée sur la colline parlementaire.

« La poésie narrative de Mme LeBlanc est reconnue pour souligner la richesse du français acadien écrit et parlé », a noté, pour sa part, le président de la Chambre des communes, Geoff Regan, lui-même député néo-écossais.