Le Fou ou le côté givré de Michel Thériault

Michel Thériault révèle son côté plus farfelu en lançant en version numérique le premier volet de son album double Le Fou et le Sage.

M’avez-vous vu nu, La costaude esquimaude, La bizoune au vent ou encore Je ne pue plus figurent parmi les dix titres loufoques de cette première moitié. Le disque est disponible sur les plateformes de vente et d’écoute numérique. La copie physique arrivera en même temps que l’ensemble du projet d’album double qui paraîtra sous l’étiquette Le Grenier Musique au printemps.

La première moitié de l’album double Le Sage et le Fou de Michel Thériault. – Gracieuseté

Avec cette première collection appelée Le Fou, l’auteur-compositeur-interprète nous transporte dans son univers loufoque, un peu grivois où le rire est au rendez-vous. L’album qui comprend dix chansons et cinq présentations a été enregistré devant public au Studio La Classe à Memramcook le 27 octobre 2017. Un projet épuré où il est seul sur scène, s’accompagnant à la guitare et à l’harmonica.

«Comme le disque était prêt, on s’est dit que ce serait bien d’offrir un petit avant-goût de l’ensemble du projet en lançant le premier album», a partagé Michel Thériault.

Ce sont des chansons qu’il traîne dans ses spectacles depuis longtemps. Celui qui s’amuse avec les mots et les sonorités puise son inspiration dans des anecdotes, des expériences vécues ou des personnages qu’il rencontre. Bref, tout inspire le chanteur. On apprend notamment dans la présentation de La costaude esquimaude que cette chanson tire son origine d’une rencontre avec une femme à la stature imposante dans un bar. Ensuite, il a exagéré la scène en y ajoutant un peu de piquant pour en faire une chanson. Le chanteur pop moutarde privilégie l’humour mordant un peu absurde qui ose déranger avec un soupçon d’autodérision. Satisfait du résultat, il admet qu’il avait certaines inquiétudes avant l’enregistrement du disque.

«Le public a très bien réagi. On a eu de beaux rires et de beaux applaudissements. Je suis content parce que c’était un peu risqué comme on faisait l’enregistrement dans un seul spectacle alors que normalement, pour un disque live, on enregistre deux ou trois spectacles et on prend les meilleurs moments.»

Depuis ses débuts sur la scène dans les années 1990, il écrit des chansons comiques qu’il a rarement endisquées. Certaines datent de plusieurs années, comme la pièce Où sont passés mes 18 ans, inspirée de sa jeunesse.

«C’est ma jeunesse dans la Péninsule acadienne, dans les bars de Tracadie et sur les plaines de Shippagan.»

Michel Thériault raconte que l’humour lui est venu naturellement, peut-être un peu de sa famille. Il a toujours aimé les chansonniers qui apportent une dose d’humour dans leur spectacle. La réalisation et la direction artistique de ce disque sont de Michel Thériault et Carol Doucet.

Le second chapitre de cet album double, Le Sage, qui comprendra dix chansons plus sérieuses sera prêt bientôt. Coréalisé avec George Belliveau, l’album est à l’étape du mixage. Plusieurs musiciens acadiens y participent. Michel Thériault espère faire paraître l’album au début avril. Sur la pochette, on retrouvera une de ses peintures.

Depuis 1995, le chanteur a fait paraître cinq albums, dont son plus récent, Tout est marketing. L’agenda de l’année 2018 de l’artiste est bien rempli avec des prestations de prévues à Vancouver, en France et en Belgique.