Jean-François Breau animera La Guerre des clans

«Et le sondage donne…» Cette phrase, ainsi que la vive gestuelle qui l’accompagne, vous disent sûrement quelque chose. De quelle émission est-elle originaire déjà? Si vous avez dit La Guerre des clans, vous gagnez le gros lot! Figurez-vous qu’après Luc Senay – dans les années 1990 – et Jean-François Baril dans les dernières années, c’est un gars de chez nous, nul autre que Jean-François Breau, qui reprendra la barre de l’émission dès l’automne prochain à V.

D’ailleurs, lui-même admet que cette expression emblématique de La Guerre des clans constitue en soi un classique. Vous avez compris: il se fera un point d’honneur de la répéter ad litteram sans y changer un iota.

«Je pense qu’il y a des phrases classiques comme celle-là qui ne peuvent pas disparaître tellement elles sont ancrées, comme “I’ll be back” d’Arnold (Schwarzenegger) ou “Bonsoir, elle est partie!”, de Rodger Brulotte!»

S’il a accepté l’invitation de V à relever ce nouveau défi d’animation, c’est que Jean-François Breau sait à quel point La Guerre des clans constitue une émission chouchou depuis au-delà de 20 ans. La troisième mouture, dont les enregistrements débuteront au printemps, ne changera d’ailleurs pas beaucoup dans son essence. Un classique est un classique, répète Jean-François Breau.

«Les changements se feront plutôt au niveau de la réalisation, qui sera confiée pour la première fois à Sébastien Hurtubise, connu entre autres pour avoir réalisé la version québécoise de The Price is Right. La production veut également apporter une touche de modernité au décor et tourner l’émission dans un studio beaucoup plus grand avec un plus gros public, ce qui donnera une ampleur au plateau», précise-t-il.

Bien sûr, les familles participantes courent la chance de remporter le grand prix en argent à la fin de chaque émission. Mais au-delà de ça, La Guerre des clans demeure, du moins dans l’esprit de son nouvel animateur, un rendez-vous familial amusant, ce qui est tout à fait à l’image de sa propre personnalité, affirme-t-il avec enthousiasme.

«Ceux qui me connaissent savent que je suis un gars de famille, de gang et aussi de party. J’aime beaucoup recevoir à la maison et je suis toujours soucieux de m’assurer que personne ne manque jamais de rien. Et comme artiste, comme je suis issu de l’univers de la variété, du spectacle, je pense que ça jumelé aux familles qui seront sur le plateau, à chaque fois on aura la combinaison parfaite pour faire la fête», exprime-t-il.

Jean-François Breau ajoute qu’il souhaite que les familles du Nouveau-Brunswick s’inscrivent en grand nombre sur le site de l’émission.

Un habitué du petit écran

Au cours des dernières années, Jean-François Breau a multiplié les apparitions au petit écran, comme animateur ou collaborateur. C’est ma toune, Les échangistes, Un air de famille… Autant de projets dans lesquels l’artiste acadien soutient avoir embarqué avec plaisir, même s’il demeure de prime abord un auteur-compositeur-interprète, appuie-t-il.

«Je me suis toujours considéré comme un artiste de la scène avant tout. Mais je me suis rendu compte dans les dernières années, à force d’être invité sur des plateaux de télé, que c’était un univers qui m’attirait beaucoup et dans lequel je me sens très à l’aise. Je me trouve surtout très chanceux que le public m’accepte dans chacun de ces médiums.»

En somme, la télévision permet à Jean-François Breau d’ajouter de nouvelles cordes à son arc, même si sa passion première – plus qu’un métier, prend-il soin de souligner – reste la chanson.

«La scène et la création sont un univers très instinctif et libre pour moi. Je n’ai donc jamais eu l’impression de vraiment travailler. Animer, pour moi, c’est bel et bien un métier, car ça me demande une rigueur et une préparation plus strictes. Disons que mon cerveau droit est beaucoup plus sollicité, ce qui n’est pas une mauvaise chose en soi tout compte fait», déclare-t-il avec un léger rictus.