Les préliminaires, pour briser les tabous sexuels

La sexualité a été rarement abordée dans le théâtre acadien, soulève le dramaturge Xavier Lord-Giroux qui propose une première œuvre dramatique, Les préliminaires, qui cherche à engager un dialogue sur les relations sexuelles.

L’affaire Ghomeshi, les scandales sexuels dans le monde artistique et le mouvement #Moiaussi qui a inondé les médias sociaux ont marqué l’espace public. Xavier Lord-Giroux a eu envie d’ouvrir le dialogue au théâtre sur les pratiques sexuelles.

Son texte Les préliminaires qui n’a pas encore été publié ou porté à la scène suscite déjà de l’intérêt notamment à l’émission Plus on est de fous, plus on lit à la radio de Radio-Canada qui en a diffusé un extrait. Après une première mise en lecture qui s’est tenue à Fredericton en novembre, Les préliminaires font de nouveau l’objet de lectures publiques à Moncton. L’auteur raconte que l’idée de cette pièce est née de conversations avec des amis autour du procès de l’ex-animateur vedette Jian Ghomeshi pour agression sexuelle.

«Plusieurs amis sont venus me parler de leur vie sexuelle par rapport aux expériences qu’ils ont vécues et leurs relations amoureuses. Le procès de Jian Ghomeshi m’a marqué parce que je ne comprenais pas pourquoi les victimes allaient voir leur agresseur après leurs soi-disant agressions sexuelles. Après des recherches et en parlant avec des spécialistes, j’ai constaté qu’il y a plusieurs victimes qui vont voir leurs agresseurs après coup pour essayer d’effacer la honte qu’elles peuvent avoir. Tout ce phénomène m’a beaucoup marqué et m’a inspiré pour écrire la pièce», a-t-il expliqué.

Les préliminaires raconte l’histoire d’une jeune femme de Fredericton, Maëllie, qui s’apprête à partir pour le Nunavut afin d’aller rejoindre son amoureux. À la veille de son départ, elle invite des amis à célébrer leurs derniers moments ensemble. Pendant toute la nuit, ils discutent de sexualité et de relations amoureuses. Cette pièce qui met en scène quatre personnages, une narratrice et un pianiste, est un huis clos qui se déroule sur une nuit.

L’œuvre tente d’éliminer les barrières et certains tabous à l’égard de la sexualité. Il est question notamment de personnes asexuées, de masturbation et d’homosexualité. L’auteur et metteur en scène souligne que la dramaturgie acadienne aborde rarement les questions sexuelles. Emma Haché l’a fait dans sa pièce Trafiquée.

«Je ne cherche pas à faire la morale, il y a même certaines trames qui ne sont pas tout à fait conclues à la fin de la pièce et ça permet au public de s’imaginer un peu la fin. Ce que je cherchais surtout à passer, ce sont les choses que j’ai entendues autour de moi. On se rend compte qu’ailleurs au Québec ou au Canada, ils ont un rapport à la sexualité beaucoup plus affirmé dans leurs œuvres littéraires. Ici, c’est un peu moins le cas, j’ai l’impression. J’espère que ma pièce va contribuer à ouvrir un dialogue là-dessus ou à enlever des tabous sur certaines choses.»

Très peu de théâtre professionnel en français se crée dans la capitale provinciale. L’auteur a voulu aussi mettre en valeur la ville de Fredericton où il s’est établi avec son conjoint.

«Je me suis rendu compte qu’il y a beaucoup de francophones qui déménagent à Fredericton pour suivre la personne aimée. On en parle un peu dans la pièce. On parle aussi de la base militaire de Gagetown et de réalités locales qui ont touché les gens.»

Deux soirées de lecture

Deux soirées de mises en lecture sont prévues à Moncton, la première étant ce jeudi au théâtre l’Escaouette (si la météo le permet), et la seconde, le 12 avril au Centre culturel Aberdeen. Lors de ces soirées, la lecture sera assortie de surtitres en anglais. D’après l’auteur, les surtitres apportent un niveau de plus à la pièce.

Les mises en lecture permettent à l’auteur de revoir certains éléments du texte, de le faire évoluer et d’y apporter encore plus de fluidité, tout cela à un coût réduit. Il espère un jour pouvoir produire cette œuvre dans une mise en scène complète, avec décor et costumes. Des pourparlers sont en cours, mais rien n’est encore confirmé.

La présentation au théâtre l’Escaouette, jeudi à 17h30, s’inscrit dans une série de trois mises en lecture de nouveaux textes acadiens. Après ceux de Mélanie Léger (Exit) et d’Anika Lirette (Escale), c’est au tour de Xavier Lord-Giroux de livrer son texte. Brigitte Gallant, Bianca Richard, Xavier B. Gould, David Losier, Imane Ayed et Roger Lord incarneront ce texte. L’entrée est gratuite.