Soirée Galaxie: l’avatar comme mode d’expression

En entrant dans la peau d’avatars, les 12 participantes du projet Galaxie 2018 ont sorti des sentiers battus afin d’explorer différentes avenues créatrices en danse, en chant, en écriture et en dessin.

Le Centre d’accueil et d’accompagnement francophone des immigrants du Sud-Est (CAFI) présente sa 5e soirée artistique Galaxie. Après la mode, le théâtre, les arts visuels et la porcelaine au cours des quatre dernières années, cette fois, les femmes se sont penchées sur le concept d’avatar. Cette idée de métamorphose imaginée par l’auteure-compositrice-interprète Marie-Philippe Bergeron et l’homme de théâtre Justin Gauvin, qui signent la direction artistique, vise à repousser les limites de la créativité. Chaque participante s’est créé un avatar, à partir d’un prénom existant ou inventé, qui représente aussi un peu ses aspirations. Toutes les participantes monteront sur scène dans la peau de leur avatar.

«Avec le concept de l’avatar, ça nous permet de sortir de qui on est pour peut-être se doter de qualités qu’on aimerait avoir ou explorer des choses qu’on n’ose pas faire ou qu’on n’a pas la possibilité de faire et de rêver à un idéal. Par exemple, je ne suis pas bonne pour chanter, mais je me suis dit que c’était mon avatar, alors j’ose et je vais essayer de le faire. C’est intéressant de se permettre d’être quelqu’un d’autre», a déclaré la participante Stéphanie David qui est aussi porteuse du projet.

Pour bien des participantes, le projet Galaxie leur a permis de s’initier à l’expression artistique, et ce, devant public. Christine Kalgah souligne comment ce projet a changé sa vie depuis trois ans. Au-delà du spectacle, les participantes se rencontrent toutes les semaines pendant six mois. En plus de préparer leurs prestations artistiques, elles discutent, rigolent et partagent leurs expériences.

«Honnêtement, je suis quelqu’un de très timide. Le premier spectacle était du théâtre et je ne m’étais jamais présentée devant un public et ç’a bien marché. Depuis, j’ai affronté mes peurs et j’ai pris confiance en moi. J’ai connu plus de monde avec ce projet que j’en ai connu en France», a confié la Française d’origine.

Celle-ci a choisi un avatar qui représente une fleur pouvant s’acclimater à divers environnements extrêmes, en montagne, dans le vent, le froid et la neige. Comme cette fleur, Christine Kalgah se relève chaque fois qu’elle fait face à un problème tout en restant positive. Pour Maïmouna Savagodo du Burkina Faso, arrivée au Canada il y a 12 ans, ce projet lui a permis de sortir de sa zone de confort, de vaincre un peu sa timidité et de rencontrer de nouvelles personnes. Michelle Connors de Bathurst a choisi un avatar innu qui représente la liberté et le côté de sa personnalité aventureuse, exploratrice, curieuse et voyageuse.

Marie-Philippe Bergeron explique que la soirée comprendra de la danse, du chant, de courts textes, des totems et des capteurs de rêve réalisés par les participantes. Les artistes incarnent leur avatar par l’ensemble de ces modes d’expression.
«Ça faisait partie de nos objectifs de sortir notre zone de confort. J’ai été impressionnée de voir comment les femmes ont plongé dans l’aventure», a partagé Marie-Philippe Bergeron.
Stéphanie Tardif ajoute que le projet Galaxie vise à réunir des femmes immigrantes et canadiennes avec des artistes locaux afin de leur donner la parole à travers l’art.

«Nous n’avons pas la prétention d’être des professionnelles. On est dans le milieu communautaire et on a la chance de travailler avec des artistes professionnels. C’est important d’apporter le groupe à une performance devant public parce que ce qu’on a vécu pendant six mois, c’était extraordinaire et il y a un message et des talents dans ce groupe. Elles ont des choses à dire», a-t-elle expliqué.

Les organisateurs attendent au moins une centaine de personnes pour la Soirée Galaxie – Arts d’avatar qui sera présentée à la salle Bernard-LeBlanc du Centre culturel Aberdeen ce dimanche à 19h. L’entrée est gratuite et il s’agit d’un spectacle familial.