La série d’humour À la valdrague séduit le public

Le sitcom original À la Valdrague de l’auteure Patricia Léger a été accueilli chaleureusement par le public rassemblé au théâtre du Monument-Lefebvre à Memramcook. Rires et émotions étaient au rendez-vous de cette première acadienne.

C’était soir de première mercredi au théâtre du Monument-Lefebvre à Memramcook. Plus de 400 personnes, dont plusieurs artisans et acteurs de la série et élus municipaux et provinciaux, se sont déplacées pour assister au lancement de la nouvelle comédie télévisée À la Valdrague produite entièrement en Acadie et tournée dans la Vallée de Memramcook. Cette série à l’humour chaleureux qui suit les aventures de Rita Melanson incarnée par l’auteure de Memramcook, met en vedette une foule de personnages plus colorés les uns que les autres. Deux des huit épisodes ont été projetés devant la foule qui a salué l’équipe par de vibrants applaudissements.

Claire Normand (Gilberte Cormier) et Patricia Léger (Rita Melanson) dans une scène de la série À la valdrague. – Gracieuseté.

«Je trouve que c’est une entreprise extrêmement habile. Je me rappelle une chanson d’Édith Butler dont le thème était on parlera de nous un jour, alors voilà qu’on a montré cette série qui sera présentée à Radio-Canada à la dimension du réseau. Ce qui fait que bien des gens seront contents de retrouver des paysages qu’ils connaissent de l’Acadie et des Acadiens en particulier. Au lieu de voir des vues de Montréal, on aura des vues de chez nous et je trouve que c’est une façon d’être présent dans le monde et bravo à toutes les personnes qui ont oeuvré à cette entreprise», a déclaré un spectateur Maurice Rainville.

Les huit personnages principaux sont incarnés avec brio par des acteurs acadiens. On retrouve, entre autres, Marie-Jo Thério dans la peau de Yolande, fermière et amie de Rita, Marcel-Romain Thériault dans celle du maire et propriétaire d’un verger et Raphaël Butler dans le rôle de Ferraille, l’homme à tout faire.

Claire Normand, Raphaël Butler, Bianca Richard, Gabriel Robichaud, Marc Lamontagne, Patricia Léger, Marie-Jo Thério et Marcel-Romain Thériault incarnent les personnages principaux du sitcom acadien À la valdrague. – Gracieuseté.

L’action se déroule le village fictif de Saint-Prospère. Réalisée par Jean-Marc Piché, À la valdrague raconte l’histoire de Rita Melanson qui revient au bercail après 23 années d’absence pour faire la paix avec son passé. Elle revoit alors son amie Yolande et toute une ribambelle de personnages qu’elle n’a pas vus depuis longtemps, dont son cousin Ferraille Gaudet et son ancien fiancé, le maire par intérim Lomer Dupuis. Les retrouvailles sont plus ou moins heureuses. Par accident, elle se retrouve propriétaire de l’église et du presbytère. Elle tentera de vendre sa nouvelle propriété, mais cela ne s’avère pas aussi simple qu’elle l’aurait voulu. Ses projets s’en vont un peu à la dérive. La globe-trotter qui songeait à mettre le cap sur l’Arizona pour enterrer les cendres de son mari, devra possiblement rester au village plus longtemps que prévu. Cette comédie rigolote et savoureuse qui nous transporte au coeur de la Vallée de Memramcook, a le don de nous faire sourire, sans la prétention de révolutionner le monde. La chanson thème de la série est chantée par Lina Boudeau, aussi de Memramcook.

Avec beaucoup d’émotion, Patricia Léger a expliqué que cette comédie est inspirée de son amour pour la vie d’une petite communauté, en précisant que les événements et les personnages ont été puisés dans son imaginaire.

La beauté de la région

Plusieurs scènes se déroulent à l’extérieur, du moins si l’on se fie aux premiers épisodes. «C’est sûr que ça permet de voir la beauté de la région. On a des paysages magnifiques ici qu’on ne retrouve pas ailleurs. Il faut mentionner aussi les relations entre des gens simples. J’ai ri», a mentionné Josée Maltais qui a vécu à Memramcook pendant 29 ans.

«Il y a eu de bonnes tirades qui m’ont fait rire, mais j’ai hâte de voir la suite parce que je ne voudrais pas qu’on montre seulement la ferraille parce que c’est trop beau pour donner l’impression que c’est un lieu de ferraille. J’espère que les prochains épisodes mettront en valeur davantage la beauté de la région», a commenté une autre spectatrice Léonne Goulet.

Le premier ministre Brian Gallant qui a assisté à la projection a salué le talent des acteurs et des artisans de cette série.

«C’est l’occasion de raconter nos histoires et c’est toujours bien non seulement pour notre tissu social, mais aussi pour laisser savoir aux gens de tout le pays, qui nous sommes ici. C’est jamais le manque de talent qui fait en sorte que nous n’avons pas autant d’émissions comme celle-ci et je suis convaincu que ce sera un succès et que ce sera une inspiration pour d’autres genres de projets comme celui-ci», a déclaré Brian Gallant, en ajoutant que son gouvernement comprend l’importance d’investir dans les arts et la culture.

Or, les représentants de l’industrie du cinéma et de la télévision du Nouveau-Brunswick réclament des fonds supplémentaires et des changements au programme de financement depuis quelques années. Sans faire de promesse concrète, le premier ministre a réitéré son appui à l’industrie et il a affirmé que son gouvernement est toujours «à l’écoute pour faire mieux.»

Produite par Mozus Productions, cette série sera présentée sur Ici ARTV du 9 au 12 avril et prendra l’antenne d’Ici Radio-Canada Télé, à compter du 9 juin.