L’exposition Encorps trois prend son envol

Santé mentale, souffrance, identité et précarité des animaux, tels sont les thèmes développés par les finissants en arts visuels de l’Université de Moncton qui présentent l’exposition Encorps trois.

L’estampe, la photographie et la peinture sont à l’honneur de cette exposition présentée à la Galerie d’art Louise-et-Reuben-Cohen. Elle rassemble le travail de Suzanne Cormier, Émilie Pardoën et Alex Smith. Leurs œuvres sont issues des démarches artistiques entreprises pendant leurs études.

Par l’entremise de l’estampe, Émilie Pardoën, originaire de Saint-Pierre et Miquelon, explore la thématique de l’identité en modifiant des paysages de deux cultures, soit celle de Saint-Pierre et Miquelon et celle de Moncton. D’autre part, par le biais de la photographie, elle évoque la souffrance en illustrant son expérience avec des douleurs chroniques qu’elle tolère au quotidien. Suzanne Cormier de Moncton examine la thématique de l’individu atteint de troubles de santé mentale.

Le fil conducteur de son travail en estampe est la prise de médicaments, alors qu’en peinture, elle met en lumière le portrait de femmes qui ont séjourné à l’hôpital La Salpêtrière en France au XIXe siècle. Alex Smith, de Saint-Wilfred près de Néguac, évoque son sentiment de culpabilité, en tant qu’humain, envers la précarité des animaux en voie de disparition. À travers ses grandes toiles, il illustre la relation importante entre l’humain et l’animal en combinant leurs corps, alors qu’avec ses estampes, il présente des séquences qui forment le corps de l’animal.

Le vernissage a lieu le vendredi 13 avril de 19h à 21h et l’exposition sera présentée jusqu’au 27 mai.