Dalhousie lance sa politique culturelle avec un invité de marque

La Ville de Dalhousie a désormais sa propre politique culturelle.

Et une icône de la culture québécoise – le poète et chanteur Raôul Duguay – était présent pour son dévoilement officiel.

Bien que Dalhousie ait toujours prêté attention aux arts, la municipalité n’avait pas de politique culturelle officielle. Elle vient d’y remédier grâce à un partenariat avec l’Association acadienne des artistes professionnels du Nouveau-Brunswick.

Conseiller à la ville de Dalhousie, Jean-Robert Haché dit s’être inspiré des nombreuses politiques culturelles en place au Québec afin d’élaborer la sienne. Le résultat? La municipalité s’engage à appuyer la culture de différentes façons, comme en diffusant et en faisant la promotion d’œuvres, en préservant autant que possible le patrimoine culturel, à soutenir les efforts de conception et à donner un coup de main aux fonctionnements des organismes culturel.

Mais qu’est-ce que cela implique concrètement? Selon M. Haché, il ne faut pas s’attendre à une hausse marquée et illimitée du financement de la municipalité envers les arts et la culture.

«Il n’y a pas d’argent rattaché à notre politique, on ne s’engage pas à des montants spécifiques. On a déjà une partie de notre budget dédié aux arts et à la culture», exprime-t-il, notant que la Ville octroie déjà, par exemple, un financement à la bibliothèque et au musée régional.

Celui-ci voit davantage la politique culturelle comme une conscientisation, pour le conseil, à l’importance d’encourager les arts.

«Ce n’est pas un arrêté municipal, mais davantage une ligne directrice visant à orienter nos actions. Mais c’est un engagement d’en faire plus au meilleur de nos capacités», dit-il.

M. Haché croit par ailleurs que certaines mesures peuvent être rapidement mises en œuvre, comme l’amélioration du site web pour faire plus de place à la diffusion artistique.

De la grande visite

Le dévoilement de la politique s’est effectué vendredi en présence de plusieurs artisans de la région. Un invité a toutefois volé la vedette lors de la soirée: l’artiste québécois Raôul Duguay.

Quel lien l’homme de Val-d’Or a-t-il avec Dalhousie? En fait, l’auteur de La bitt à Tibi – un hymne presque patriotique au Québec – a un passé restigouchois et des racines acadiennes (son père étant de Grande-Rivière en Gaspésie et sa mère de Paquetville).

Jeune, il venait passer des étés chez son grand-père (Onésime Gauvin) qui habitait Dalhousie. Il y a même résidé quelques années après le décès de son père, Armand. Selon ses dires, c’est d’ailleurs à Dalhousie qu’il a commencé sa carrière artistique. C’est là où il a appris à chanter (à l’intérieur de la chorale de l’école Académie Notre-Dame).

De passage dans la région dans le cadre du tournage d’un documentaire, Raôul Duguay a passé la journée à visiter les lieux qui ont bercé son enfance, un voyage très émotif par moments selon ses propres mots. Il ne s’est pas fait prier pour prendre part au dévoilement de la politique culturelle de l’endroit comme Dalhousie l’ayant grandement influencé.

«L’héritage sur le plan émotionnel que j’ai vécu ici à Dalhousie m’a marqué à jamais. Je me souviens aussi de cette beauté des paysages, de la présence de la mer et des montagnes, le mariage entre ceux-ci lors des couchers de soleil… C’était de la poésie à mes yeux. Et si je suis ce que je suis 70 ans plus tard, c’est parce que c’est toujours resté en moi. Aujourd’hui je reviens ici, et j’ai de nouveau 9 ans en regardant ce paysage», a-t-il indiqué.

Pendant une vingtaine de minutes, M. Duguay a parlé de ses souvenirs d’enfance à Dalhousie et de l’influence de la région sur son métier d’artiste. En plus d’anecdotes tantôt cocasses et tantôt touchantes, les gens présents ont pu l’entendre pousser la note, notamment une pièce inédite – Le violon d’Armand (une référence directe à son père musicien) – qui devrait se retrouver sur un éventuel album.

En ce qui a trait à la politique culturelle, l’artiste a salué l’audace et l’ouverture d’esprit de la ville. «Le partage de la créativité, c’est la définition de l’art», a souligné M. Duguay.