Le regard critique de Cyrille Sippley

Si les femmes détenaient une plus grande part du pouvoir dans toutes les sphères de la société et atteignaient l’équité – non seulement en matière salariale, mais sur le plan de la reconnaissance – le monde serait peut-être plus juste, estime Cyrille Sippley qui vient de publier un 9e ouvrage qui pose un regard critique sur divers enjeux sociaux.

Dans son nouvel ouvrage, Regard critique sur la société des hommes, l’auteur de Saint-Louis-de-Kent propose de réfléchir sur des enjeux sociaux et humains à travers une collection de 167 textes. Après avoir publié six romans, un recueil de contes et de récits et son autobiographie, celui qui a fait carrière en enseignement offre une série de textes qui témoignent de ses réflexions sur neuf thèmes. L’auteur explique l’origine du titre de l’ouvrage.

«Beaucoup de mes textes critiques font ressortir les mauvaises décisions et la manière de conduire la société et presque toujours, ce sont des hommes qui sont à la tête de ces décisions-là», a indiqué Cyrille Sippley.

Selon lui, les femmes ont souvent des solutions plus équitables à apporter. Il s’indigne devant le fait que les femmes soient moins reconnues que les hommes pour leur contribution dans la société. L’auteur aborde divers sujets dans une série de 167 courts textes qu’il a accumulés depuis environ deux décennies. Certains ont été publiés dans des journaux, tandis que d’autres sont inédits.

«Je trouvais que certains de ces textes pouvaient susciter une saine réflexion à mon sens, sociale et communautaire, sur les enjeux de l’humanité et aussi plus près de nous. J’ai pensé que ce serait peut-être valable de laisser cette collection de textes aux lecteurs pour qu’ils puissent s’en servir pour animer les discussions sur des sujets que je trouve importants et ainsi nourrir leur propre réflexion»

Les arts, la gouvernance, l’économie, l’éducation, l’environnement, la justice sociale, la langue et la culture, la santé, les sports et les loisirs constituent les thèmes qu’il aborde dans son livre. Cyrille Sippley a utilisé quelques extraits de ces textes pour des conférences. Il traite aussi de sujets près de l’actualité en Acadie. Tout le débat qui a suivi les propos de Roxann Guerrette sur la langue acadienne, la loi sur les langues officielles, la privatisation en santé, les garderies bilingues ont fait réagir l’auteur qui a eu envie d’ajouter sa vision à l’ensemble du discours. Il s’oppose, entre autres, aux garderies bilingues qui d’après lui, contribuent à l’assimilation des touts petits. Ce pédagogue de profession apporte plusieurs points concernant le secteur de l’éducation. Parmi ceux-ci, il suggère d’intégrer la philosophie dans les programmes d’études dès le primaire.

«Actuellement, il y a assez peu de thématiques qu’on aborde dans le programme qui traite spécifiquement des questions fondamentales et inhérentes aux finalités de l’existence, aux valeurs qui favorisent le bonheur, l’amour de soi, l’importance de vivre en harmonie avec la nature et les autres. On n’a jamais intégré ça à notre philosophie de l’enseignement.»

Publié aux Éditions de la Francophonie, le livre Regard critique sur la société des hommes sera lancé le dimanche 13 mai à 14h à l’édifice municipal de Richibouctou. Il y aura un lancement plus tard cet été, soit le 19 août à 14h à l’École régionale de Baie Sainte-Anne. L’enseignant à la retraite établi à Saint-Louis-de-Kent est originaire de Baie Sainte-Anne.

Cyrille Sippley – Gracieuseté