Un roman policier signé Reginald Arseneau

Après le roman Voir avec les yeux, l’auteur Reginald Arseneau de Saint-Laurent près de Bathurst, vient de publier son deuxième roman intitulé Trahison.

Avec cet ouvrage, Reginald Arseneau – qui est aveugle depuis une quarantaine d’années – signe son premier roman policier. L’auteur confie que cela fait plusieurs années qu’il a écrit ce manuscrit. Toutefois, c’est sa fille qui a décidé d’envoyer le manuscrit aux Éditions de l’étoile de mer à Montréal.

«C’est un beau cadeau de la part de ma fille parce que la maison d’édition a décidé de publier mon roman.»

M. Arseneau raconte qu’il a toujours rêvé d’écrire un roman dont l’histoire se déroule à Melbourne, en Australie. À travers Trahison, l’auteur raconte l’histoire d’une jeune criminologue, Hélène, qui est passionnée d’équitation et héritière de plusieurs chevaux, dont l’un a remporté la coupe Melbourne. En finissant sa dernière année universitaire, elle rencontre son futur mari, Pierre. Après le mariage, ils vont faire face à plusieurs obstacles dans leur vie de couple. En sortant de l’église, Pierre reçoit un projectile près du cœur. Cet incident n’est pourtant que le début de leur calvaire puisque Hélène est victime d’embûches tout au long du récit.

Selon M. Arseneau cela a été tout un défi d’écrire ce roman.

«Chaque année, il a des courses de chevaux à Melbourne. Par contre, pour faire en sorte que l’histoire de mon roman se passe à Melbourne, je devais inclure la course d’obstacles de chevaux.»

Passion pour l’écriture

L’écriture a toujours été une passion pour Reginald Arseneau.

«J’utilise un ordinateur avec une synthèse vocale pour écrire mes livres. J’ai une facilité de décrire l’environnement, même en étant aveugle. Je lis 250 romans par année avec les lecteurs MP3. J’ai un autre projet de livre en vue.»

Le roman Trahison est en vente dans les différents points de vente dans la région Chaleur, Caraquet, Shippagan, ainsi qu’auprès de l’auteur et les Éditions de l’étoile de mer.

Un plus grand défi l’attend

Reginald Arseneau, qui a travaillé à l’amélioration du sort des non-voyants dans la province doit se battre contre le cancer. Cela fait quelques semaines qu’il a été diagnostiqué du cancer de la vessie et de la prostate.

«Je vais commencer la chimiothérapie dans les semaines à venir. C’est une autre étape de ma vie et c’est une autre montagne à monter. J’ai bon espoir de gagner ma bataille contre le cancer.»