Un dernier tour de scène pour la chanteuse Linda Wedge

Une grande dame de la chanson de la région du Restigouche s’apprête à faire ses adieux à la scène.

Quarante-et-un ans après être montée sur la scène – et avoir remporté – le Gala de la chanson de Caraquet, Linda Wedge reprendra le micro sous peu pour une toute dernière fois… du moins sur scène en format spectacle.

La dernière fois que l’artiste de Dalhousie s’est produite sur les planches en solo, c’était en 2012, dans le cadre du Festival acadien de Caraquet. Depuis, la maladie (arthrite rhumatoïde) l’a quelque peu forcée à mettre sa carrière et sa grande passion en veilleuse. Elle avait même cessé de donner des cours de chant.

«Avoir su à l’époque, j’aurais fait les choses différemment. Je n’ai pas eu l’occasion de dire officiellement bye à mes admirateurs, de les remercier de m’avoir encouragée et endurée durant toutes ces années. Je n’ai pas eu le temps non plus de vivre ce moment au niveau personnel, car dire adieu à la scène pour un artiste, c’est une forme de deuil. Bref, je ne pouvais me résigner à l’idée qu’il s’agissait de mon dernier concert, que ça arrêterait de cette façon», explique l’artiste.

Durant sa longue carrière, Mme Wedge a notamment remporté le Gala de la chanson de Caraquet en 1977 et ce, alors qu’elle n’avait que 18 ans. Par la suite, elle y a été formatrice pendant 10 ans ainsi que juge. Passionnée de musique, elle a transmis sa passion pendant des années et côtoyé des centaines d’artistes.

«Et cette partie de ma carrière me rend particulièrement fière. Ça fait chaud au cœur de savoir que j’ai pu aider, apporter un petit grain de sel – aussi minime soit-il – dans le parcours artistique de certains artistes d’ici comme Jean-François Breau, Wilfred LeBouthillier ou Lisa Leblanc», exprime-t-elle.

Le spectacle Une dernière fois sera présenté au Théâtre LER de Dalhousie le 15 septembre, un partenariat avec la Société culturelle de la Baie des Chaleurs.
«Je tenais à ce que ce spectacle ait lieu ici, car la région représente beaucoup pour moi. C’est ici que j’ai commencé, il est donc logique que ce soit ici que ça se termine», dit l’artiste.

Pour l’accompagner sur scène, la chanteuse s’est adjoint les services de ses deux anciens, le pianiste David Boutin et le guitariste Jean-Marie «Pit» Benoit. L’artiste pigera alors dans son propre répertoire, soit ses deux albums, Horizons (1995) et Hypnotisée (2003). Elle laissera place également à plusieurs interprétations, tant anglophones que francophones.

«Est-ce que ça me stresse? Oui, mais c’est un bon stress. C’est un projet qui m’excite beaucoup et auquel je tiens énormément. J’ai été pour longtemps à ne plus chanter à la maison, pas parce que je n’en avais plus envie, mais parce que je ne me sentais pas bien. Mais là, ça va mieux. Tous les jours je fais des vocalises, je me remets en voix», souligne-t-elle, ajoutant qu’elle sera définitivement en pleine possession de ses moyens pour le 15 septembre.

Si elle soutient qu’elle aurait aimé faire une petite tournée de la province avec son spectacle, elle admet du même coup qu’elle n’en aurait pas eu la force, de là la raison de se limiter à une seule prestation.

Le spectacle de Dalhousie sera donc l’unique chance de la revoir sur scène, ou encore simplement de la découvrir.