Donner un visage à la création musicale

Plus de 150 élèves de quatre écoles de la région de Moncton prendront part au projet national, Chantons nos compositeurs, organisé par la Société de musique contemporaine du Québec (SMCQ). Cette initiative vise à mettre un visage à la création musicale.

Dans une classe de l’école Le Sommet à Moncton, un groupe d’élèves dirigé par l’enseignante de musique Isabelle Perron répète avec soin et enthousiasme une pièce composée par Denis Gougeon, pour orchestre et voix. Dans quelques semaines, ce groupe et trois autres classes des écoles Saint-Henri, Sainte-Bernadette et Champlain accueilleront ce compositeur canadien de renom dans le cadre d’un projet d’éducation musicale. Avant de lui dérouler le tapis rouge, les élèves se familiarisent avec l’oeuvre du compositeur en se préparant pour interpréter une de ses chansons Voler comme un oiseau tirée du recueil Chantons nos compositeurs. Cette œuvre, comme toutes celles du recueil, a été composée spécialement pour des enfants en milieu scolaire. Moncton figure parmi les quatre villes canadiennes qui participent à ce projet d’envergure qui rassemble 360 élèves d’est en ouest.

Isabelle Perron, qui s’occupe du volet de Moncton, souligne que ce n’est pas tous les jours que les élèves ont la chance de rencontrer un compositeur actif.

«On parle beaucoup à l’école des compositeurs plus anciens, comme Beethoven. On trouvait que c’était emballant parce que ce n’est pas tous les jours que nos élèves ont la chance de rencontrer un compositeur encore vivant, jeune et qui nous permet de vivre avec lui une œuvre et de le rencontrer personnellement», a déclaré Isabelle Perron.

C’est par le biais de l’association des musiciens éducateurs du Nouveau-Brunswick qu’elle a pris connaissance de ce projet francophone d’éducation musicale. La SMCQ leur a présenté leur projet et ils ont choisi de l’appuyer. Isabelle Perron a été séduite par la musique de Denis Gougeon.

«C’est une pièce qui nous permet de faire vivre l’expérience à différents cycles du primaire. On peut chanter les mots qui se retiennent bien et c’est écrit dans un registre pour les voix d’enfants et la pièce fait un clin d’oeil à notre programme d’étude de musique du Nouveau-Brunswick, puisqu’elle permet d’enseigner la lecture à vue et d’utiliser des instruments de notre quotidien, en plus de faire un clin d’oeil à la flûte à bec. Le mariage entre sa chanson et notre programme d’étude se fait à merveille», a-t-elle poursuivi.

Dans chaque école, des classes de la 3e à la 5e année répètent au moins une fois par semaine depuis quelques mois. Le 5 juin, les élèves des quatre écoles accueilleront le compositeur à l’Université de Moncton. Celui-ci partagera avec les enfants sa vie de compositeur, ses réussites, ses défis et ce qui l’a inspiré à créer cette musique. Ils présenteront aussi un mini-récital.

«Le but est de rendre ça accessible pour les élèves du primaire. Ce qui n’arrive pas souvent.»

D’après Mme Perron, c’est un projet emballant autant pour les enseignants que pour les élèves.

Par le passé, ils ont eu la chance d’accueillir des auteurs-compositeurs-interprètes dans leurs écoles, mais rarement des compositeurs qui créent des pièces pour orchestre.

Beaucoup d’enthousiasme à Moncton

La responsable des projets éducatifs à la SMCQ, Claire Cavanagh, précise que cette initiative fait suite à la publication du recueil Chantons nos compositeurs qui regroupe des pièces de six compositeurs canadiens. Chaque compositeur a écrit une œuvre pour les enfants.

«Au Québec, les œuvres ont été beaucoup chantées et il y a beaucoup d’enthousiasme. Ils ont rencontré les compositeurs et là, on s’est dit qu’on pourrait partager le projet avec des écoles à l’extérieur du Québec», a-t-elle expliqué.

C’est à Moncton que le projet a suscité l’engagement du plus grand nombre d’écoles.

«Les enfants sont toujours fascinés de voir qu’il y a encore des compositeurs aujourd’hui. On s’est rendu compte que cela pouvait être un projet très porteur et significatif de pouvoir chanter une pièce qu’un compositeur avait composée pour eux. Pour les compositeurs, c’est tout un exercice d’écrire pour les enfants.»

Une équipe de tournage sera à Moncton pour filmer l’atelier-rencontre. Par la suite, les responsables de la SMCQ en feront un documentaire qu’ils utiliseront comme matériel pédagogique qu’ils diffuseront sur leur plateforme éducative. Ce sera aussi accessible pour le public.