Filles du vent ou l’envol de Troiselle

Après avoir donné plus d’une centaine de spectacles en cinq ans, Troiselle propose un premier opus de 16 chansons qui parcourent une bonne partie de son répertoire. Belles mélodies, textes évocateurs et douces harmonies, Filles du vent convie le public à revivre de beaux souvenirs.

Depuis 2013, le trio vocal formé de Monique Poirier, Isabelle Bujold et Nadine Hébert sillonne les routes du Nouveau-Brunswick. Chaque fois, ces trois interprètes aux multiples talents artistiques suscitent beaucoup d’intérêt du public. Leur énergie communicative, leur amour de la musique et leurs harmonies vocales séduisent à tout coup. Aller à la rencontre de ce trio, c’est pratiquement le bonheur garanti. Imaginez les trois meilleures amies du monde faire ce qui les passionne le plus: chanter.

«Ce n’est pas donné à tout le monde de faire ce qu’on aime le plus au monde avec ses amies», a partagé Isabelle Bujold.

Anciennement des Muses, les trois chanteuses se sont connues par la musique. C’est la voix qui les a réunies au départ. Aujourd’hui, elles sont inséparables. Troiselle est venu en quelque sorte nourrir leur amitié et leur passion pour le chant.

«Je pense que c’est notre yoga, notre méditation à nous, notre temps comme femmes et individus. C’est une question d’amitié et c’est aussi l’envol et la liberté qu’on ressent de chanter ensemble», a exprimé Nadine Hébert.

Après avoir donné plusieurs spectacles, elles ont eu envie de poser leurs chansons sur disque. Ce sont toutes des pièces qu’elles ont interprétées en spectacle.

«À la fin de chaque spectacle, les gens nous demandaient un album. On a travaillé nos chansons en spectacle et l’avantage c’est qu’en studio, c’était solide, on était à l’aise et on a eu du fun», a indiqué Monique Poirier.

Selon Nadine Hébert, le disque représente vraiment ce qu’elles offrent comme spectacle. Ces interprètes sans égal revisitent des œuvres de Jim Corcoran, Daniel Léger, George Belliveau, Neil Young, Richard Desjardins, Joseph Edgar, Leonard Cohen, Lennie Gallant, Édith Butler, Lise Aubut, en plus d’offrir des chansons originales composées par Monique Poirier (J’su fine), Isabelle Bujold et Jean-François Breau (De l’autre côté de la lune). Au départ, elles pensaient effectuer une sélection parmi les 16 titres, mais le choix a été trop difficile et elles ont décidé de toutes les garder.

«C’est comme choisir lequel de nos enfants on aime le plus. On n’a pas été capable de le faire et je ne pense pas qu’on aura des critiques parce que l’album est trop long», a souligné Isabelle Bujold.

En naviguant à travers divers styles musicaux, Troiselle arrête ses choix surtout en fonction des textes et des mélodies. Elles ne privilégient pas un style – bien que le folk prédomine -, mais plutôt les harmonies. En réinterprétant ces pièces, elles y mettent leur couleur. Filles du vent rassemble quelques petits bijoux de la chanson francophone et anglophone, comme Le coeur est un oiseau de Richard Desjardins, Le fantôme de Blanchard de Joseph Edgar et Hallelujah de Leonard Cohen. Toutes les pièces ont été orchestrées pour leur voix par François Émond, qui assure la direction musicale du projet.

«Ce sont des chansons qu’on a écoutées en grandissant, des chansons qu’on aime et que le public apprécie.»

Monique Poirier aime tout particulièrement Ouvrez les aboiteaux de Lennie Gallant, en raison de la puissance du texte, tandis qu’Isabelle Bujold a eu un coup de coeur pour J’étions fille du vent et d’Acadie de Lise Aubut et Daniel Deschênes. Pour Nadine Hébert, c’est Sing You Home de Maureen Ennis et Mark Murphy qui la touche spécialement puisqu’elles ont chanté cette pièce aux funérailles de son père.

Si parfois le travail des auteurs-compositeurs semble plus valorisé dans l’industrie musicale que celui des interprètes, Troiselle cherche à faire démentir cette vision en tentant d’être le plus vrai et authentique possible. Selon Nadine Hébert, le travail d’interprète devrait être aussi reconnu par le milieu de la musique puisqu’elles donnent une nouvelle voix à de grands classiques.

«Je crois que pour interpréter une chanson, il faut rester vrai. Quand on reçoit une chanson, on lit le texte, on est pris par la mélodie et on se laisse emporter là-dedans et on raconte une histoire», a affirmé Isabelle Bujold.

Un grand lancement

Troiselle aime faire les choses en grand. Il y a un an, elles ont contacté la direction du Théâtre Capitol pour leur demander de les intégrer à leur programmation en prévision du lancement de leur premier album. C’est fait. Le lancement aura lieu sur la scène du Capitol le 26 mai. Les billets sont déjà presque tous vendus.

Le trio sera accompagné des musiciens François Émond, Christien Belliveau, Chris Boulay et Lydia Mainville, ainsi que des Jeunes chanteurs d’Acadie. La lauréate du concours Accros de la chanson 2017 et demi-finaliste au Gala de la chanson de Caraquet, Ellie Côté de Shediac, assurera la première partie.