Lisa LeBlanc accroche son banjo

Après sept années à parcourir la planète, Lisa LeBlanc accrochera son banjo en 2019 afin de prendre une longue pause de la scène. Congé sabbatique ne signifie pas pour autant les vacances puisque la chanteuse et musicienne de Rosaireville a des projets de réalisation et de direction artistique dans sa mire.

Elle réalisera le premier album de Jacques Surette et assurera la direction artistique du spectacle du 15 août au Congrès mondial acadien (CMA) en 2019.

En sept ans, Lisa LeBlanc a sorti deux albums (un en français et un en anglais) ainsi qu’un mini disque, en plus de sillonner les routes de la planète pour donner des spectacles au Canada et à l’étranger. Elle a vécu en quelque sorte dans ses valises. Elle arrive d’une tournée en Allemagne, en Espagne, au Royaume-Uni et aux Pays-Bas.

«Ç’a été super cool. C’était des belles salles un peu partout. Notre musique a été sur une liste d’écoute de bluegrass indie en ligne et c’est comme ça que beaucoup de gens nous ont découverts. À Londres, il y avait 300 personnes et la foule était quand même assez hystérique. C’était quasiment à guichets fermés et les gens connaissaient ma musique. On était impressionné surtout que je n’étais jamais allée à Londres et qu’on ne connaissait personne là», a-t-elle raconté en entrevue à la veille de son départ pour les îles Saint-Pierre et Miquelon.

Cette véritable bête de scène qui enflamme les foules avec son folk et bluegrass endiablés adore les tournées, mais elle avoue qu’elle a besoin d’une pause d’une année. Elle veut accomplir d’autres projets que les siens. Elle n’a d’ailleurs pas de projet d’album personnel en vue.

«Je prends vraiment cette sabbatique pour ne pas penser à mon projet du tout. Je pense que la passion va toujours être là, c’est juste que là, j’ai besoin d’une sabbatique et je pense que c’est normal. Je ne me trouve pas folle de vouloir prendre une année de congé puis un an, ça passe tellement vite que je vais me réveiller demain puis on va être en 2020.»

«En fait, il y a plein de projets que je veux faire, mais que je n’ai jamais eu le temps de faire à cause qu’on était dans le jus et quand j’avais du temps off, je dormais pendant un mois», a-t-elle poursuivi.

Touchée par l’univers de Jacques Surette

Dans quelques mois, elle réalisera le premier album de Jacques Surette. Avant même de penser à la réalisation de disque, elle est tombée sous le charme de l’univers musical singulier de ce jeune artiste de la région de Yarmouth en Nouvelle-Écosse.

«J’ai juste trouvé que ce gars-là avait vraiment quelque chose de super unique. Ça m’a touché.»

Lisa LeBlanc assurera la réalisation de son disque en collaboration avec son fidèle complice, le musicien aux multiples talents Benoit Morier.

«Je l’ai fait beaucoup avec mes projets, mais jamais pour d’autres artistes et je trouve ça super intéressant d’essayer ça. On va bien s’entourer et les chansons sont bonnes, alors je ne peux pas imaginer que ça va mal aller. Je suis super excitée de voir comment on va pouvoir abriller ces tounes-là.»

La réalisation d’album l’intéresse tout particulièrement et elle n’écarte pas l’idée d’en réaliser d’autres. «Pour mon prochain disque, je vais sûrement vouloir m’occuper d’une plus grande part de réalisation.»

Celle qui a toujours aimé la mise en scène de spectacles réalise un peu un rêve en prenant la direction artistique du spectacle de la Fête nationale de l’Acadie à Dieppe en 2019.

«Je me suis toujours dit que ce serait tellement le fun de faire le spectacle que j’aimerais qui se passe pour un 15 août. Je suis très bien entourée. Il y a Kristell Le Nôtre, qui a fait, entre autres, la mise en scène pour Acadie Rock et la Saint-Jean à Montréal.»

On lui a donné carte blanche dans le choix des artistes. Elle a déjà commencé à y songer et elle pense qu’il y aura un bel équilibre dans la distribution.

«C’est un gros événement, mais en même temps, je fais assez confiance dans mes goûts personnels et aux gens qui m’entourent. Ça ne me stresse pas trop parce que je serai bien entourée», a-t-elle ajouté sans prétention.

D’ici au 15 décembre 2018, le public pourra la voir abondamment sur les scènes du Québec et de l’Europe. Elle sera aussi en spectacle dans trois villes du Nouveau-Brunswick au mois d’août, à Perth-Andover, Caraquet et Dieppe pour le 15 août.