Tampa débarque au Festival Acadie Rock avec une énergie renouvelée

Naviguant à travers diverses influences, le groupe Tampa cherche à transmettre une énergie positive avec sa musique. Le quatuor indie rock de Moncton figure parmi les formations qui donneront le coup d’envoi au Festival Acadie Rock samedi.

Les ex-membres du défunt groupe Danger Cat, Marc-André Belliveau, Nic Leblanc et Mathieu Leblanc ont voulu donner une nouvelle direction musicale en créant Tampa, délaissant le côté un peu sombre et plus agressif de leur ancienne formation. À l’image des plages ensoleillées de la Floride, leur musique respire la fraîcheur et l’air salin de la mer, avec des mélodies accrocheuses. C’est aussi un univers musical qui invite au voyage.

«D’une façon, sans y penser, on voulait un style plus positif et énergétique et sentir la mer chaque matin», a souligné le batteur Marc-André Belliveau.

En mars dernier, Tampa a sorti un premier album de 11 titres, Belated Love. En cours de route, Katrine Noël des Hay Babies s’est greffée au groupe. Elle joue la basse et prête sa voix sur quelques pièce

s. Les quatre musiciens oeuvrent tous au sein d’autres formations. Marc-André Belliveau est le batteur des Hay Babies, en plus de jouer avec Menoncle Jason. Le chanteur principal Nic Leblanc qui a écrit les paroles de la majorité des chansons du premier album joue aussi avec quelques formations locales. Même situation pour le guitariste Mathieu Leblanc. Ces amis de longue date ont développé une belle complicité.

«Mathieu et moi, ça fait très longtemps qu’on joue ensemble. On a appris à jouer de la musique en même temps. On jouait avec Phil Flowers et on voulait lancer notre propre groupe et on a rencontré Nic. Nous avons réalisé que nous travaillons bien ensemble», a raconté Marc-André Belliveau.

Chantant principalement en anglais, la formation de Moncton propose un style indie rock sur des airs qui s’incrustent dans nos têtes.

Ils abordent différentes thématiques dans leurs pièces; la religion, l’homosexualité, les dépendances, l’amour pour ne nommer que ceux-là. Pour leur premier opus, ils ont composé les chansons à trois puisque Katrine Noël s’est jointe au groupe après la réalisation de l’album.

«Des fois, Nicolas et moi on travaille une nouvelle idée et on la présente aux autres. Il faut vraiment que ça corresponde à ce qu’on essaie de faire comme album. La création des chansons commence souvent par la musique et parfois par les paroles», a expliqué le batteur.

Le premier disque a été enregistré au studio MRC à Memramcook, sous la réalisation du maître de la guitare Joe Grass (Patrick Watson, Marie-Pierre Arthur et Marie-Jo Thério).

L’agence Bonsound à Montréal s’occupe de leur planification de spectacles. À ce jour, le groupe a joué un peu partout dans les Provinces maritimes et ailleurs au Canada, notamment à Montréal.

Depuis le lancement de Belated Love, ce sera la première fois que le groupe se produira à Moncton.

Les gens pourront donc entendre ces pièces en spectacle.

«Nous allons interpréter toutes nos chansons et les jouer avec le coeur ouvert et nous sommes très contents de jouer à Moncton et au Festival Acadie Rock parce que c’est notre seul spectacle à Moncton de l’été», a ajouté Nic Leblanc.

Ils ont une saison estivale chargée. Après Moncton, ils se retrouveront à Grand Manan au Summers End Folk Festival aux côtés d’amis musiciens tels que Julie Aubé, Laura Sauvage, Les Hay Babies et Mike Trask.

Tampa vient aussi de sortir sur le web deux nouvelles chansons inédites, Unless et Intro Heartfelt.

Le concert d’ouverture du Festival, qui a lieu à la Salle Bernard-LeBlanc à compter de 21h30, mettra en vedette aussi Les Moontunes et DJ Dick Daigle.
Juste avant, le public est invité au spectacle de danse La vie attend de la compagnie Parts+Labour Danse au théâtre l’Escaouette.