Fuudge: un mariage musical improbable

Avec son groupe Fuudge, l’auteur-compositeur-interprète David Bujold propose des mariages assez étonnants alliant le grunge et le rock psychédélique aux rythmes hypnotiques. Voix criarde, guitare à fond de train, textes énigmatiques et musique dense; leur univers singulier ne passe surtout pas inaperçu.

«J’ai souvent raconté que mon but était un peu de marier du vieux Pink Floyd avec du Nirvana, un mariage qui peut sembler impossible, mais moi ça me paraissait logique et intéressant comme mariage un peu singulier», a déclaré le leader du groupe Fuudge, David Bujold.

Cette formation rock francophone, plutôt unique en son genre qui débarque sur la scène du Festival Acadie Rock vendredi, offrira en primeur les nouvelles chansons de son prochain album, Les matricides, à paraître en novembre. C’est une première en sol néo-brunswickois pour ce groupe qui a vu le jour officiellement en 2016 aux Francouvertes. «On est vraiment très excité d’aller à Moncton», a partagé le chanteur et guitariste.

En choisissant ce nom de groupe, le quatuor a voulu ainsi refléter leur musique parfois un peu crue.

«Je cherchais quelque chose qui représentait le style de musique. J’aimais ça parce qu’il y a un peu de musique qui est crue par moment et aussi le fudge est un aliment qui est lourd, dense, sucré, qui peut même tomber sur le coeur et je trouvais que ça représentait bien la musique du groupe», a-t-il poursuivi.

C’est un retour aux sources pour l’artiste qui évoluait davantage du côté de la musique pop avant la naissance de Fuudge. Dans sa jeunesse, il écoutait beaucoup de rock.

«C’est né lentement entre mon ancien projet solo et une nouvelle identité plus rock. Aux Francouvertes, je travaillais déjà sur l’enregistrement de plusieurs chansons depuis quelques années.»

Par la suite, il a recruté Olivier Laroche (batterie), Vincent LaBoissonnière (claviers) et Pierre Alexandre (basse) pour fonder le groupe. En modifiant le mot fudge, la formation peut ainsi se démarquer sur le Web. Pour créer les chansons, David Bujold commence toujours avec la musique. Il compose souvent quand il est en transit ou en promenade, notamment sur son vélo.

«C’est là que j’écris le mieux en fait. Dès que j’ai une idée, je m’arrête sur le bord, j’écris et je continue ma ride de bicycle. Ça me laisse de l’espace dans ma tête pour pouvoir composer.»

Dans un mélange d’introspection et de projection vers la société, à partir d’émotions et de situations vécues, il les transpose d’une manière plus large pour que les gens puissent s’identifier.

«J’écris volontairement de manière vague. Des fois je vais parler d’une émotion simple, mais ça va se traduire dans un scénario étrange. J’aime ce côté sombre et étrange qui va bien avec la musique.»

En deux années, le groupe a sorti deux minidisques, remporté le prix Gamiq du meilleur EP rock. Sa chanson Ju a été primée par la SOCAN. Ils se sont produits dans plusieurs festivals au Québec. Le chanteur s’estime choyé de l’accueil de la scène musicale et du public pour Fuudge, même si le groupe n’a pas encore atteint le succès commercial.

«Effectivement, on n’a pas un succès commercial en ce moment, mais je pense que ça peut arriver. Des fois, il s’agit juste d’une ou deux chansons qui vont être plus accessibles, pour que tout d’un coup, Fuudge touche plus de gens.»

Autant il peut composer des pièces extrêmes, autant parfois, il se laisse aller à des morceaux plus légers et accessibles comme approche. Leur premier album complet qui sortira à l’automne s’inscrit dans la continuité tout en explorant de nouveaux territoires musicaux.

«Il y a un peu plus d’influences Black Sabbath, des choses un peu plus agressives par moment et on revient à nos vieilles amours. Ça va être un album assez sombre, ça va aller bien avec l’automne.»

Sur la scène de la salle Bernard-LeBlanc, le groupe jouera 100% de matériel original. Préparez-vous à une prestation électrisante et pas banale du tout. Ce spectacle s’inscrit dans leur tournée d’été. La soirée qui débute à 21h mettra en vedette aussi Les Hôtesses d’Hilaire, Comté de Clare et Track of Rock.