Lumière sur le travail de Noémie DesRoches

Malgré sa jeune carrière en art visuel, Noémie DesRoches fait déjà sa marque. L’artiste acadienne originaire de Tracadie présente une exposition à la Galerie Beaverbrook à Fredericton qui explore la mémoire et les émotions.

Chaque année, les responsables de la Galerie Beaverbrook choisissent un artiste émergent de la province pour son programme Surveillance studio. Après avoir reçu plus d’une vingtaine de dossiers, les responsables de la galerie d’art provinciale ont sélectionné Noémie DesRoches. De plus, la galerie a acheté une de ses œuvres pour sa collection permanente.

«C’est une jeune artiste qui a beaucoup de talent», a affirmé le directeur des collections et conservateur, John Leroux.

Toute sa démarche autour de la mémoire et des effets de l’émotion sur la construction d’histoires personnelles a retenu l’attention du conservateur. La Galerie Beaverbrook propose un survol de son travail depuis la fin de ses études en arts visuels à l’Université de Moncton en 2013. Le fonctionnement de la mémoire épisodique est le point de départ de son travail, tout en explorant les états émotifs et leur impact sur les souvenirs. C’est bien connu les émotions vécues au moment de certains événements peuvent influer sur les souvenirs. C’est ce qu’elle cherche à exprimer dans ses peintures et ses installations.

«En faisant ça, je m’approprie les souvenirs des histoires de mon entourage et je crée des narrations par rapport à ce qui est dit. Ces événements qui sont soit collectifs ou personnels, je les altère avec ce qui est raconté ou oublié. C’est un peu jouer avec les lacunes de la conversation», a expliqué l’artiste.

Voici quelques oeuvres de Noémie DesRoches présentées à la Galerie Beaverbrook. – Gracieuseté

Son exposition est divisée en trois volets: la mémoire collective, le phénomène de l’anxiété et l’exploration. Elle a, entre autres, demandé à des membres de sa famille de se remémorer un événement de 1972. D’après leurs récits, elle a créé des peintures. Elle cherche notamment à créer une interférence entre l’émetteur et le récepteur afin d’exploiter le non-dit et les zones grises lors de la récupération des souvenirs.

La jeune artiste se sent choyée d’avoir été choisie par la Galerie Beaverbrook. Peu d’artistes acadiens et encore moins de créateurs émergents ont exposé dans la prestigieuse galerie de Fredericton.

«Je suis super reconnaissante. Pour les gens qui commencent, c’est sûr que ça ouvre beaucoup de portes et ça offre beaucoup possibilités. Juste d’avoir la chance d’être dans la Galerie Beaverbrook, c’est déjà un honneur», a confié l’artiste qui partage sa vie entre son atelier de création et les cours de dessin et de peinture qu’elle offre aux enfants du Centre des arts et de la culture de Dieppe. L’exposition de Noémie DesRoches est en montre jusqu’au 30 septembre. Par la suite, cette collection d’huiles sera présentée à la Galerie Restigouche à Campbellton.

Le conservateur John Leroux souligne que la Galerie Beaverbrook ouvre de plus en plus ses portes à l’art acadien. Toute une section lui est consacrée à l’intérieur de la collection des œuvres de la région atlantique.

«C’est quelque chose qui est très important pour moi. Je ne suis pas Acadien, mais je suis à moitié canadien-français. Pour moi, c’est important de partager l’histoire artistique de l’Acadie. Après la Deuxième Guerre mondiale, l’art acadien a été très important», a expliqué le conservateur, en poste depuis quelques mois. La collection permanente de quelques milliers d’œuvres compte une centaine d’œuvres signées par des artistes acadiens.

«On a quelques centaines d’œuvres acadiennes, mais on en a besoin de plus et de raconter encore plus d’histoires.»

Dans un mois, la galerie présentera une rétrospective des œuvres d’Herménégilde Chiasson.