Le tour du monde avec Richard Abel

Piano fiévreux, orchestre mélodieux, chansonnettes oscillant entre valses anciennes et airs populaires des années 1970, costumes flamboyants et sourires bien haut perchés au visage. Parcourir le globe avec Richard Abel, c’est tout sauf banal. En fait foi le pianiste lui-même, qui compte bien enflammer l’auditorium de la polyvalente Alexandre-J.-Savoie de Saint-Quentin, vendredi, avec des airs aux goûts de voyage et d’exotisme.

Hommage aux Beatles pour célébrer l’Angleterre, quelques notes d’ABBA pour la Suède, valses de Strauss – père et fils – pour représenter la très classique Autriche: le concert Autour du monde qu’offre Richard Abel et son équipe depuis un peu plus de deux ans se veut à la fois joyeux et éclectique.

Ces deux dernières épithètes collent parfaitement à la personnalité de Richard Abel et sont on ne peut plus audibles au cours de notre récent entretien téléphonique. Verbomoteur, souvent rieur, il se qualifiera lui-même de «passionné» à plusieurs occasions au bout du fil. Cette passion pour la musique et le spectacle de variétés, il l’a pourtant découverte sur le tard dans sa vie, alors que rien, strictement rien, dans sa prime jeunesse ne destinait à la carrière des arts celui qui, un temps, s’enlignait pour devenir médecin.

«J’ai vécu une enfance très malheureuse et très pauvre, où il n’y avait aucun livre chez moi et où on écoutait encore moins de musique classique. Je me suis initié au piano à 14 ans un peu par hasard et vers l’âge de 17 ans, j’ai été engagé comme pianiste dans une école de musique. J’ai eu beaucoup de plaisir à cet endroit et ça m’a ouvert des portes par la suite.»

Il confie celui qui choisira la musique pour de bon à l’âge de 19 ans et qui deviendra, quelques années plus tard, le chef d’orchestre de Michel Louvain, en plus de croiser nombre d’autres grandes vedettes par la suite, dont feue Alys Robi.

Dans le battant de son apprentissage, une découverte: Liberace.

«J’ai vraiment eu un coup de coeur pour ce pianiste qui sortait vraiment de l’ordinaire. Quelqu’un m’a donné son disque et je l’ai écouté de nombreuses fois. C’est également un peu lui qui m’a donné le goût de faire des spectacles de variétés. J’ai eu la chance de le rencontrer à quelques reprises au cours de ma carrière et c’était quelqu’un de très passionné et très virtuose aussi. Il pouvait enchaîner un Liszt et un boogie-woogie comme si de rien n’était. Ça me fascine encore aujourd’hui», confie celui qui s’inscrit ainsi en droite ligne avec son mentor ainsi que d’autres musiciens comme le violoniste André Rieu, le pianiste Richard Clayderman ou encore le compositeur St-Preux.

Une trajectoire plus populaire que classique donc, que Richard Abel défend fièrement depuis bientôt 32 ans. S’il dit adorer la musique classique au sens propre du terme – plus de la moitié de sa bibliothèque musicale est composée d’enregistrements pianistiques ou opératiques réputés –, son côté touche-à-tout, son éternel coeur d’enfant et son ardent désir de communiquer en plus de jouer trouvent davantage de satisfaction dans le créneau de la variété.

«Je fais tout sans prétention; je suis un véritable passionné. Les spectateurs, pour moi, sont comme mes amis. Et comme j’ai un côté “entertainement” très fort, mes shows me donnent l’occasion de m’amuser tout en faisant du bien avec ma musique», souligne le musicien qui semble branché sur le 220 tout au long de notre discussion.

Car c’est aussi ça, Richard Abel: de la spontanéité, une très grande modestie malgré ses nombreux succès, ainsi qu’une intuition à la fois débridée et bien aiguisée. Son plus récent spectacle Autour du monde, celui-là même qu’il présentera vendredi soir, à 20h, Richard Abel en a eu l’idée en visitant… Walt Disney World.

«J’ai visité cet endroit-là de nombreuses fois au cours de ma vie et j’adore ça! Un jour, j’y ai visité un parc thématique qui nous invitait à parcourir le monde. À un tel endroit, on pouvait entendre de la musique marocaine, à tel autre, on était plongé au coeur d’une fête bavaroise. J’ai trouvé que ça pouvait être une super bonne idée de recréer ça sur scène, un voyage musical autour du monde. C’est comme ça que le show est né», explique-t-il.

Et pour ce spectacle, comme pour toutes ses autres prestations, rien n’est laissé au hasard. S’il refuse de s’accoler l’étiquette de perfectionniste, Richard Abel ne prend rien pour acquis et assure vouloir que tout soit impeccable et cherche constamment à s’améliorer. Ça passe souvent par les commentaires du public, même pendant ses prestations. Or, comme il n’a pas accès à ce feedback en direct, sa méthode pour y accéder est pour le moins inusitée. Pour tout dire, ça passe par les toilettes!

«J’ai quelques espionnes parmi les membres de ma famille ou des amies qui me mentionnent quelques commentaires après être allées à la salle de bain pendant les entractes. Des madames, ça jase dans les salles de bain! Donc, si mon pantalon est mal placé ou s’il y a un problème au niveau musical, je vais le savoir assez vite», lâche-t-il dans un tonitruant éclat de rire, ajoutant utiliser un peu la même méthode pour avoir l’opinion des messieurs.

«Quand je vais moi-même pisser durant les pauses, la plupart du temps les hommes ne me reconnaissent pas. Je les entends parfois dire: “Tabarnak! Je savais pas qu’il était bon de même!” Ça me rassure, car je sais que la plupart du temps, c’est plutôt leurs épouses qui sont fans de moi et qu’eux, au départ, étaient seulement venus me voir en se faisant tordre un bras, sans savoir qu’ils allaient aussi y trouver leur compte. Au final, tout le monde passe une belle soirée et je peux dire mission accomplie.»

La représentation du spectacle Autour du monde de vendredi soir à la polyvalente Alexandre-J.-Savoie de Saint-Quentin constitue le seul arrêt de Richard Abel dans la province et l’une des dernières prestations de sa tournée. Le pianiste planche actuellement sur d’autres projets, dont un grand spectacle au Centre Vidéotron de Québec en 2019.