André-Carl Vachon remporte le prix France-Acadie

L’essayiste québécois de souche acadienne André-Carl Vachon a remporté le prix France-Acadie 2018 pour son livre Les Acadiens déportés qui acceptèrent l’offre de Murray publié au printemps 2016 aux éditions La Grande Marée. C’est l’auteur lui-même qui en a fait l’annonce sur sa page Facebook.

En entrevue téléphonique, André-Carl Vachon mentionne vivre une «montagne russe d’émotions» depuis qu’il a appris la nouvelle jeudi matin, par le biais d’une lettre de l’organisme Amitiés France-Acadie.

«Quand on écrit, on est un peu dans notre tête et on ne s’attarde pas trop sur comment le public va réagir à la suite de la publication d’un livre», souligne l’enseignant en Éthique et culture religieuses de profession.

Les Acadiens déportés qui acceptèrent l’offre de Murray met en lumière l’établissement en 1766, au Québec, de plusieurs familles acadiennes déportées au Massachusetts, au Connecticut, en Pennsylvanie et à New York. Ces Acadiens qui, après avoir entendu parler de la Proclamation du gouverneur James Murray (datée du 1er mars 1765), qui offrait des terres gratuitement aux nouveaux immigrants, demandèrent la permission d’immigrer au Québec. Après délibérations, le gouverneur Murray accepta d’accueillir ces Acadiens dans la Province of Quebec. Le premier bateau arriva au port de Québec le soir du 31 août 1766.

«J’ai trouvé l’original de cette liste d’Acadiens en France, alors même que certains historiens de renom me disaient qu’il s’agissait d’une pure fabulation. Ça vient aussi un peu défaire un mythe à l’effet que tous les Acadiens déportés aient marché héroïquement pour se réétablir au pays. Les preuves que j’ai trouvées montrent plutôt le contraire pour bon nombre d’entre eux», indique M. Vachon, ajoutant avoir reçu certains commentaires peu enthousiastes de descendants de ces Acadiens qui s’étaient faits leur propre histoire.

«En même temps, ce pan de l’Histoire demeure très peu connu du public en général, particulièrement des Québécois. Nous sommes pourtant 4,8 millions de descendants des Acadiens au Québec aujourd’hui», ajoute l’essayiste, disant vouloir «réveiller» ses concitoyens à cet égard et leur faire prendre conscience du riche héritage qu’ils partagent avec les autres francophones au Canada, particulièrement ceux des Maritimes.

«Il y a d’autres gens qui parlent français juste à côté de nous et nous n’en sommes pas toujours conscients. C’est pourquoi je me suis donné une sorte de responsabilité d’éveiller les gens à cet égard», exprime l’auteur, se disant heureux que son livre ait trouvé écho auprès de nombreux Québécois et Acadiens et même au-delà de l’Atlantique.

«Le prix que je vais recevoir me confirme que j’ai maintenant réussi à réveiller la France!», lâche-t-il dans un éclat de rire.

Outre Les Acadiens déportés qui acceptèrent l’offre de Murray, l’essai historique À la découverte de l’île de Caraquet de Clarence LeBreton et Fidèle Thériault (également publié aux éditions La Grande Marée) ainsi que Histoire du Village historique acadien du Nouveau-Brunswick de Philippe Basque (Éditions de la Francophonie) figuraient dans la liste des finalistes du prix France-Acadie 2018.

Le prix sera remis en main propre à son auteur à la fin de novembre, en France.