Le premier album du Choeur Louisbourg jouit d’une grande portée

Le Choeur Louisbourg lance un premier album, Chansons d’amour d’Acadie et de France, sous l’étiquette de renom ATMA classique, leur offrant ainsi une vitrine sur la scène nationale et internationale. Cette collection de pièces variées revisite le folklore avec vigueur et originalité.

Le 20 septembre 2018. Le Choeur Louisbourg lance un premier album Chansons d’amour d’Acadie et de France de cocnert avec le Skye Consort. Gracieuseté.

Pour son dixième anniversaire, le seul choeur professionnel de la province a choisi de faire les choses en grand. Ce premier opus rassemble des folklores de l’Acadie et des chansons polyphoniques du compositeur français Jacotin Le Bel (1495-1556) qualifié comme étant l’un des musiciens les plus mystérieux de la Renaissance. L’ensemble de 16 choristes, dirigé par Monique Richard, est accompagné du Skye Consort formé, entre autres, de Sean Dagher qui signe les arrangements et les harmonies des pièces. L’album regroupe des centaines d’artistes, dont les Acadiennes Suzie LeBlanc et Michèle Losier.

Le choeur a choisi des folklores un peu moins connus du public, tirés de la collection du Père Anselme-Chiasson et de la Fleur du rosier d’Helen Creighton et de Ronald Labelle.

«Il y a des pièces que les gens n’ont pas nécessairement chantées, mais qui font partie de notre patrimoine. Elles ont été harmonisées d’une façon qui leur donne toute une couleur et un charme. Ce sont de véritables bijoux qui touchent à différentes thématiques autour de l’amour», a souligné Monique Richard.

À travers le programme proposé par le choeur, on retrouve, entre autres, l’éblouissante chanson Écrivez-moi. Le Skye Consort regroupe des musiciens qui jouent sur des instruments anciens comme le cistre, le nyckelharpa (ancien instrument à cordes suédois) et le chalumeau, l’ancêtre de la clarinette.

«Ce sont des instruments anciens qui donnent tout un punch à ce folklore», ajoute Mme Richard.

Pour ce premier album, l’ensemble tenait à développer un produit original en s’associant avec ce quatuor. C’est ce qui a plu à la maison de disque ATMA. Le fil conducteur de l’album repose sur des chants populaires et folkloriques qui ont aussi inspiré des compositeurs de la Renaissance. Un musicologue de l’Université de Moncton leur a suggéré d’aller à la rencontre du compositeur Jacotin, dont l’oeuvre a été influencée par le folklore et la chanson populaire de l’époque.

«Jacotin était un très bon compositeur de cette époque qui vaut la peine d’être redécouvert. Il y a des chansons qui ont été éditées par un musicologue et on nous a proposé de les enregistrer parce qu’on ne trouve pas d’enregistrement de qualité de ces chansons d’amour.»

En signant avec ATMA, le choeur pourra jouir d’une visibilité internationale.

«Cela nous permet d’être diffusés partout à travers le monde. Ils produisent beaucoup et il y a une toute une promotion qui est faite sur le plan national. Ça donne une crédibilité et une visibilité à ce produit», a commenté la cheffe de choeur.

Réalisé par Brigitte Lavoie, l’album a été enregistré à Moncton en mai et juin 2017. Porté par le lancement de ce premier opus, le Choeur Louisbourg entreprend une tournée de concerts au Nouveau-Brunswick. En plus des pièces du disque, il ajoute un volet de chants marins et de pièces instrumentales au programme. L’esprit sera donc à la fête, illustre Monique Richard. L’ensemble vocal sera accompagné du Skye Consort, formé de Sean Dagher, Alex Kehler, Amanda Keesmaat et Pierre-Alexandre Saint-Yves.

Le Choeur Louisbourg a de grands projets qui s’en viennent, dont le Messie de Haendel avec Symphonie Nouveau-Brunswick durant le temps des fêtes. En mars, l’ensemble s’attaquera à l’un des plus grands projets de son histoire: un concert sur la musique de Charpentier avec un orchestre de sept musiciens, dont le flûtiste Vincent Lauzer, directeur artistique du Festival international de musique de baroque de Lamèque.

Dans le cadre de leur tournée de concerts de lancement, le choeur s’arrêtera le 22 septembre à Bathurst (chapelle des Religieuses hospitalières), le 23 septembre à Bertrand (église Saint-Joachim), le 24 septembre à Fredericton (église Wilmot) et le 25 septembre à Dieppe (église Saint-Anselme).