Nathalie Paulin: un hommage tout en coffre et en émotions pour les religieuses

Un frisson traverse Nathalie Paulin. Vendredi, la soprano acadienne donnera de la voix avec Brigitte Lavoie au piano pour rendre hommage aux Religieuses hospitalières de Saint-Joseph, établies dans la région de Tracadie depuis un siècle et demie. «Imagine, le lendemain du concert, ça fera exactement 150 ans qu’elles ont posé le pied chez nous. Juste y penser ça m’émeut t’as pas idée comment», nous souffle-t-elle, son vibrato lyrique habituel laissant place à un léger trémolo étouffant à peine une larme que l’on sent poindre au coin de son oeil.

L’anecdote n’est pas banale pour Nathalie Paulin. La cantatrice native de Rivière-à-la-Truite, tout près de Tracadie, a appris ses premières notes grâce à ces vénérables femmes de vocation. Elle est d’ailleurs catégorique: sans ces religieuses, sa carrière internationale, sa passion débordante pour la musique, sa seconde nature de redonner à son tour comme elle le fait envers ses étudiants à Toronto, rien de tout cela n’existerait.

«Elles ont tellement été importantes dans ma formation musicale! Non seulement pour moi, mais pour Brigitte (Lavoie, sa pianiste) et pour plein d’autres artistes bien connus aujourd’hui. Elles ont façonné une part majeure de notre culture et on se doit de le souligner», déclare une Nathalie Paulin résolument sur un tempo vivace.

C’est donc avec un grand honneur, mais aussi un plaisir presque de gamine qu’elle et sa complice étaleront leurs voix ainsi que leurs doigts au cours d’un concert-anniversaire spécialement apprêté pour l’occasion, vendredi, en l’église Saint-Jean-Baptiste-et-Saint-Joseph de Tracadie. De Gabriel Fauré à Georges Bizet, en passant par Charles Gounod et même du Frida Boccara, du Gilles Vigneault ainsi que du Daniel Lavoie, Nathalie Paulin a bien l’intention de se farcir doucereusement le public, en particulier les Religieuses hospitalières de Saint-Joseph qui l’ont formée au plaisir de la musique – ça se voit déjà sur papier, étant donné le programme qui leur en fera voir de toutes les couleurs!

«Brigitte et moi voulions faire un concert léger, avec des airs classiques connus, mais aussi quelques surprises, notamment en musique populaire. Ça va vraiment représenter la pleine mesure de ce que les soeurs nous ont léguées et je crois que le public aura autant de plaisir qu’elles à nous entendre», assure la sympathique soprano pour qui ce concert représente également un énième retour aux sources, elle qui, malgré une carrière qui lui a fait voir d’autres terres au cours des 25 dernières années, dit revenir chanter chez elle avec toujours le même bonheur.

«En fait, en vieillissant, c’est même de plus en plus essentiel pour moi de revenir à mon essence. La mer me manque, l’accent et la langue de par chez-nous aussi. Vendredi soir, ce sera donc une occasion rêvée pour moi d’à la fois être chez moi et de célébrer des femmes qui ont tant compté pour moi», exprime Nathalie Paulin avec un regain d’émotions.

Le concert sera présenté à 20h et est gratuit.

Chanter pour lancer un cri d’espoir

Par ailleurs, Nathalie Paulin s’implique depuis trois ans dans une cause qui lui tient à coeur, celle du suicide et de la maladie mentale. Par le biais de la fondation Mysterious Barricades (titre anglicisé des Barricades mystérieuses, une oeuvre pour clavecin de François Couperin), elle se produit à divers concerts et événements dont le but est de sensibiliser la population face à ces problématiques et lancer un cri d’espoir avec l’aide de la musique. L’organisme qui organise ces concerts d’un océan à l’autre est chapeauté par la cantatrice et professeure Elizabeth Turnbull, dont l’époux s’est suicidé il y a justement quatre ans.

«Elizabeth est l’une de mes meilleures amies et le décès tragique de son mari m’a beaucoup touché, ainsi que l’ensemble de notre communauté musicale, où tout le monde se connaît. Il y a trois ans, date du premier anniversaire de sa mort, elle a eu l’idée d’organiser des concerts d’un bout à l’autre du pays en invitant non seulement des musiciens, mais aussi des experts en santé mentale et autres intervenants du genre. Lorsqu’elle m’a invitée, j’ai tout de suite dit oui, car le suicide et la santé mentale, ça touche tout le monde», souligne Nathalie Paulin, confiant au passage avoir elle-même perdu une cousine, qui s’est enlevée la vie il y a quelques années.

Les concerts sont présentés gratuitement devant public et peuvent être écoutés en direct au moment de leur présentation.

Celui de Toronto du 15 septembre dernier, auquel a participé notre compatriote acadienne, renfermait – outre la pièce maîtresse de Couperin – des oeuvres de Mahler, de Brahms, de Schubert, de Hahn et de Glazounov, ainsi que quelques pièces contemporaines et de folklore turc, entrecoupés d’une discussion avec la psychiatre Andrea Levinson.

Sur internet:  la fondation Mysterious Barricades .