Le 15e Accros de la chanson s’offre deux porte-parole

Pour son 15e anniversaire, le concours Accros de la chanson marque un grand coup en invitant deux personnalités phares de la scène musicale à agir comme porte-parole de l’événement. Gabriel Malenfant de Radio Radio et Julie Aubé des Hay Babies suivront les jeunes tout au long de leur parcours jusqu’à la grande finale, qui se tiendra au Congrès mondial acadien à l’été 2019.

Pour Gabriel Malenfant et Julie Aubé, être auteur-compositeur-interprète constitue le plus beau métier du monde. Les deux artistes ont envie de transmettre cette passion aux jeunes francophones du Nouveau-Brunswick.

Lauréate d’Accros de la chanson en 2009, Julie Aubé estime qu’elle n’aurait peut-être jamais chanté en français ni rencontré ses consœurs des Hay Babies, sans ce concours. Aujourd’hui âgée de 25 ans, la poète, musicienne et chanteuse de Memramcook se souvient bien des sentiments qui l’habitaient à l’époque.

«Pour moi, c’est comme hier. Je me rappelle vraiment le feeling. Dans ce sens-là, je pense que je peux me mettre dans leurs souliers et je comprends que c’est gênant de sortir de sa zone de confort quand t’as 16 ou 17 ans. Mais ça vaut la peine et c’est gagnant de le faire», a-t-elle affirmé.

«Même si c’est leur première chanson à vie, même s’ils trouvent que le français, c’est pas cool, j’ai envie de leur dire de mettre de côté toutes les questions qu’ils ont dans leur tête et juste d’essayer au moins. Toutes ces inquiétudes vont disparaître quand ils commenceront à faire le concours.»

Julie Aubé soutient qu’il ne faut pas se laisser décourager par l’entourage, même si c’est un métier instable rempli de surprises et sans garantie de revenu. Celle-ci travaille en ce moment à un projet de deuxième disque solo qui conjuguera poésie et musique, ainsi qu’à l’écriture du nouvel album des Hay Babies qui, espère-t-elle, paraîtra en 2019.

Propriétaire de café, musicien, auteur-compositeur-interprète et nouvellement père de famille, Gabriel Malenfant place la musique au cœur de sa vie. Même en ouvrant son café à Montréal, le Pastel Rita, il a tenu à aménager un studio de musique au sous-sol. Récemment, le musicien de Moncton a créé des bandes sonores pour des émissions de radio et de télévision, dont la comédie Les Newbies, tout en travaillant à la production de deux albums solos et d’un prochain disque de Radio Radio.

Le lancement du concours s’est déroulé à l’école Mathieu-Martin à Dieppe mercredi. L’artiste de Moncton n’avait pas mis les pieds dans cette école depuis 20 ans, c’est-à-dire depuis la fin de ses études secondaires. À l’époque, le concours Accros de la chanson n’existait pas. Comme créateur du site web Acadie Urbaine, il a contribué à la diffusion du concours à ses débuts.

«N’importe quelle façon que je peux m’engager dans la communauté pour aider les jeunes et trouver des excuses pour me rendre à Moncton, je le fais. Je crois vraiment dans ce genre d’encadrement. Avant tout, le fait d’être entouré de gens qui vivent de la musique montre que c’est une option et que ça se fait», a confié le chanteur qui aime partager son expérience avec les autres.

La Fédération des jeunes francophones du Nouveau-Brunswick rappelle que les inscriptions pour le concours s’étendent du 3 octobre au 14 novembre. Les participants peuvent s’inscrire dans trois volets: solo, groupe et découverte. La demi-finale aura lieu à Edmundston le 9 février 2019. Les finalistes enregistreront leur album au Studio LaClasse à Memramcook avec le réalisateur Sébastien Michaud. La sortie du disque est prévue le 11 mai 2019. Les participants bénéficieront d’ateliers de formation en vue de la grande finale, qui se tiendra sur une scène extérieure pendant le Congrès mondial acadien. Les organisateurs ont précisé qu’il s’agit d’un rêve exprimé par les jeunes.

Programme rempli à la FJFNB

La FJFNB a également dévoilé la programmation annuelle de ses activités. Des colloques, des rassemblements et une tournée de sensibilisation sur divers sujets comme la santé mentale, les femmes dans les métiers non traditionnels, la réconciliation avec les premières nations et la musique électronique et internationale, figurent au calendrier des événements.