Prix Antonine-Maillet-Acadie Vie: Hélène Harbec, Sébastien Bérubé et Alexis Bourque récompensés

Après Herménégilde Chiasson en 2003, Calixte Duguay en 2008 et Claude LeBouthillier en 2013, Hélène Harbec est la nouvelle récipiendaire du Prix quinquennal Antonine-Maillet-Acadie Vie.

Le prix vise à reconnaître un artiste de l’Acadie pour l’ensemble de son oeuvre. Originaire de Saint-Jean-sur-Richelieu, au Québec, Mme Harbec habite dans la région de Moncton depuis le début des années 1970. Au fil de sa carrière, l’écrivaine a publié de nombreux ouvrages, y compris des recueils de poésie et des romans.

Son recueil de poésie, Va, lui a permis de remporter le Prix annuel Antonine-Maillet-Acadie Vie en 2002. Elle a gagné le prix de nouveau en 2014 pour son recueil, L’enroulement des iris.

Dans son texte d’appréciation, le Jury du Prix a tenu à souligner «la très grande qualité de l’œuvre de madame Harbec et son formidable apport à la littérature acadienne». La lauréate a reçu un certificat, une médaille en bronze gravée à son nom ainsi qu’une bourse de 5000$.

Sébastien Bérubé lauréat

Le 20e prix annuel été remis au poète Sébastien Bérubé, d’Edmundston, grâce à son recueil de poésie Là où les chemins de terre finissent publié aux Éditions Perce-Neige. Le Jury a souligné le style sobre et le rythme entraînant de ses écrits.

«Là où les chemins de terre finissent confirme, à n’en pas douter, l’immense talent d’un artiste acadien émergent habile à faire résonner notre humanité commune», résume le jury.

Pour souligner cette distinction, Sébastien Bérubé a reçu un certificat, une médaille en bronze gravée à son nom ainsi qu’une bourse de 4000$.

De son côté, Alexis Bourque, de Grande Digue, a remporté le Prix volet jeunesse Richelieu, qui s’adresse aux jeunes auteurs. Le jeune écrivain, qui incarne le personnage de Mouque au Pays de la Sagouine, a reçu un certificat et une bourse de 1000$ pour un recueil de textes qui comprend un récit, un conte et un monologue.

L’adolescent a séduit le jury notamment «par la fraîcheur de son style et de ses mondes imaginaires, ainsi que par sa compréhension des ressorts de l’écriture littéraire.»

Visiblement ému, Alexis Bourque a tenu à féliciter l’autre finaliste du Prix volet jeunesse, Gabrielle Breau. Il a aussi salué son idole, l’auteure Antonine Maillet.

Son premier livre, Le journal d’un jeune auteur acadien, publié aux Éditions de la Francophonie, sera lancé au Salon du livre de Dieppe, qui se déroule du 18 au 21 octobre.

Âgée de 89 ans, Antonine Maillet ne pouvait se déplacer à l’événement, qui a eu lieu dans le cadre de l’ouverture du 15e Salon du livre de la Péninsule acadienne. La lauréate du Prix Goncourt a tenue cependant à livrer un message aux lauréats et aux finalistes.

«Je cherche encore à écrire le livre de ma vie. Depuis toujours je cours après. Bien avant de savoir écrire, alors que je ne connaissais des mots que leur sonorité, leurs liens les plus élémentaires, à peine leur sens, sauf pour les mots de la plus stricte nécessité (…) je faisais mon livre, le livre qui dévorerait le firmament, sauterait à cloche-pied par-dessus l’horizon, se glisserait au cœur des heures qui s’enfilent les unes dans les autres comme un collier qui fait plusieurs fois le tour du globe. Si je parvenais, à force de creuser, à déterrer toutes ces heures, je retrouverais d’un seul coup le livre de ma vie.»