Alexis Bourque: un jeune auteur qui se démarque

Même s’il a juste 13 ans, Alexis Bourque commence déjà à laisser sa marque dans le monde littéraire acadien. L’Acadie Nouvelle a rencontré le jeune auteur lors du Salon du livre de la Péninsule acadienne.

En plus d’avoir récemment remporté le Prix volet jeunesse Richelieu, une distinction remise annuelle dans le cadre de la cérémonie de remise des prix Antonine-Maillet-Acadie Vie, il vient de lancer son premier livre, Le journal d’un jeune auteur acadien.

Le livre comprend un nombre de contes, de légendes, de poèmes, de lettres et des récits qu’il a écrits depuis l’âge de 3 ans.

«Il a toujours été un grand lecteur. Il lisait tout ce qu’il lui tombait sous la main. Même quand il était bébé, il s’occupait avec des livres. L’écriture était la prochaine étape. On lui a donné des carnets de notes et il en demandait toujours d’autres», raconte sa mère, Ginette Bourque.

C’est en 4e année qu’Alexis Bourque a commencé à s’intéresser particulièrement aux contes et aux légendes. Son enseignante, Stéphanie Boudreau, était également présidente du Festival Parlures d’icitte de Memramcook. Elle l’a invité à y participer.

«J’ai raconté la légende du bateau fantôme. Je l’ai interprété à ma manière. J’ai été invité chaque année depuis ce temps.»

Les habitués du Pays de la Sagouine connaissent aussi Alexis Bourque. Il incarne depuis trois ans le rôle de Mouque, un personnage qu’il a créé.

«J’ai posé ma candidature au Pays de la Sagouine. J’ai envoyé ma lettre de présentation, mon CV et quelques écrits sans le dire à ma mère…»

Sa stratégie a eu l’effet voulu. Quelques jours plus tard, sa mère a reçu un appel des responsables du Pays de la Sagouine pour lui dire qu’ils souhaitaient le rencontrer.

«On était surprise, mais pas tant que ça. Il avait déjà fait des camps de théâtre au Pays de la Sagouine. Le monde imaginaire d’Antonine Maillet le fascinait. Il adore cet endroit. Il lisait les livres d’Antonine Maillet. Il était emballé par ce monde et il voulait en faire partie», ajoute sa mère.

Il ne le cache pas, l’adolescent éprouve une grande admiration pour Mme Maillet. Son emploi d’été au Pays de la Sagouine lui a permis de rencontrer la lauréate du Prix Goncourt 1979 à quelques reprises.

«Quand j’ai eu ma première entrevue, je l’ai rencontré. Elle m’a enseigné beaucoup de choses. C’est grâce à elle que j’ai commencé à écrire dans ce qu’on appelle la langue orale. C’est plus difficile au début parce que j’étais habitué à écrire dans un style un peu plus littéraire, mais c’est utile lorsqu’on écrit des contes et légendes.»

Après le Salon du livre de la Péninsule acadienne, Alexis Bourque risque d’être occupé au cours des prochaines semaines. Il sera notamment au Salon du livre de Dieppe, qui se déroule du 18 au 21 octobre. Un lancement est aussi prévu le 21 octobre à Bouctouche.