Mélanie Léonard donne la cadence à la nouvelle saison de Symphonie Nouveau-Brunswick

«J’ai envie que les gens vivent un moment, ressentent une émotion et cela ne se produit que quand on est complètement libre et quand on est capable de dépasser la technique», déclare la chef d’orchestre Mélanie Léonard qui dirigera les concerts d’ouverture de la nouvelle saison de Symphonie Nouveau-Brunswick, Élégance Anglaise.

L’orchestre symphonique du Nouveau-Brunswick accueille la chef invitée Mélanie Léonard pour diriger ses trois premiers concerts de la saison 2018-2019. Celle qui pourrait être pressentie pour succéder à Michael Newham (ancien directeur musical) est ravie de revenir dans les Maritimes. C’est une région qu’elle affectionne particulièrement.

«Quand on m’a offert la possibilité de venir diriger l’orchestre au Nouveau-Brunswick, j’étais vraiment contente parce que premièrement ça me permet de travailler avec des musiciens avec qui je n’ai jamais travaillé, de rencontrer un nouveau public et aussi d’avoir la chance, si j’ai des temps libres, de profiter de la beauté des lieux», a affirmé la chef d’orchestre.

Directrice musicale de l’orchestre symphonique de Sudbury, Mélanie Léonard a été chef invitée de plusieurs orchestres canadiens, dont Symphony Nova Scotia. Cette année, elle dirigera des ensembles dans presque toutes les provinces canadiennes. Sa passion pour la musique et son enthousiasme est sans limites. Préparer un nouveau programme de concert représente un travail de longue haleine. Elle commence longtemps d’avance à étudier la musique afin de réussir à dépasser l’aspect technique.

«Ce qui m’intéresse beaucoup dans la musique, c’est le geste, la présence et l’émotion. Si on veut avoir l’espace pour que ça se produise, pour arriver à cet état où on est complètement libre d’exprimer, il faut faire une bonne mise en place. Mon but est de dépasser l’approche intellectuelle et technique dans une œuvre. D’ailleurs dans ma préparation personnelle, c’est quelque chose de très important aussi. Je veux que l’œuvre fasse partie de moi pour que quand je décide de laisser aller, ça puisse s’exprimer», a-t-elle expliqué.

Le premier programme de la saison a été conçu autour de la musique de compositeurs britanniques. On y retrouve la cinquième symphonie de Vaughan Williams, Cantus in Memoriam Benjamin Britten de Arvo Part et le majestueux concerto pour violoncelle de Elgar qui mettra en vedette la violoncelliste canadienne de renom Shauna Rolston.

«Elle a une présence sur scène extraordinaire. La combinaison de cette soliste avec cette œuvre, je pense que ça va être un moment inoubliable.»

Quand Mélanie Léonard conçoit un programme, elle aime présenter au public des œuvres qu’il connaît, tout en lui faisant découvrir des pièces moins connues. Ce sera la première fois qu’elle dirigera la cinquième symphonie de Vaughan Williams. Cette œuvre magnifique gagne à être connue.

«Et le Arvo Part fait partie des œuvres que j’ai envie de faire découvrir au public. C’est un compositeur estonien vivant qui a écrit une pièce en hommage à Benjamin Britten. Arvo Part écrit une musique qui est toujours accessible, belle, moderne, mais il a son propre langage. C’est une œuvre qui est aussi très contemplative et je crois que les gens vont beaucoup l’apprécier.»

Les œuvres au programme Élégance Anglaise sont exigeantes musicalement et nécessite un haut niveau de maturité dans l’interprétation, une profondeur dans l’émotion et beaucoup de subtilité.

«Ce sont des œuvres qui nous demandent en tant que musicien d’être très sensible à toutes les petites variations.»

Si pendant longtemps la direction musicale a été un domaine surtout réservé aux hommes, il commence à se transformer puisque de plus en plus de femmes étudient dans les programmes universitaires de direction d’orchestre, note-t-elle.

«Pour l’instant, la représentation n’est pas égale au niveau des femmes qui dirigent professionnellement, mais selon moi elle n’est pas égale non plus à la base au niveau du nombre de femmes par rapport au nombre d’hommes qui postulent pour des postes de directeur. Ç’a été longtemps un domaine qui a été dominé par les hommes comme plusieurs domaines, mais ça commence à évoluer.»

La violoniste ne s’était jamais arrêtée à cette question avant d’entreprendre des études en direction d’orchestre. Elle en a pris conscience plus tard lorsque les gens lui en parlaient. Si elle a opté pour la direction d’orchestre, c’est que cette profession conjugue toutes ses passions: la scène, la musique, le travail d’équipe et l’esprit de leadership.

«J’ai toujours été une personne qui aime faire des projets. J’ai fondé deux ensembles dans le passé et un festival à Calgary qui existe toujours d’ailleurs. J’ai commencé à étudier la direction d’orchestre et je n’ai jamais regardé en arrière. J’ai toujours été certaine que j’étais dans la bonne voie.»

Celle qui exerce cette profession depuis 2008 se sent honorée et touchée qu’on lui ait confié le premier programme de la nouvelle saison de Symphonie NB. L’orchestre entreprendra bientôt la recherche d’un nouveau directeur musical afin de succéder à Michael Newham qui a quitté ses fonctions pour jouer maintenant le rôle de chef invité principal. La direction générale de l’orchestre n’a pas encore ouvert officiellement le poste, mais compte bien inviter Mélanie Léonard à postuler.

Une saison excitante

Le coup d’envoi de la nouvelle saison sera donné, le lundi 15 octobre, au Théâtre Capitol à Moncton. Le concert Élégance Anglaise sera aussi présenté au Playhouse à Fredericton, le 16 octobre, et au Théâtre Impérial à Saint-Jean, le 17 octobre. Le président de Symphonie NB, Reid Parker, estime qu’il s’agit de l’une des saisons les plus excitantes en 35 ans d’histoire. Marquée par de nouveaux visages invités à diriger l’orchestre d’une quarantaine de musiciens, la saison propose trois concerts différents d’ici Noël.

En novembre, le programme mettra en lumière la musique de Barber, de Beethoven et de Haydn, tandis qu’en décembre, l’orchestre présentera le Messie de Handel en compagnie du Choeur Louisbourg.

Au printemps, Symphonie NB présentera le Carnaval des animaux de Camille Saint-Saëns avec le pianiste acadien Roger Lord et le chef d’orchestre invité Andrew Creegan de Moncton. Au menu du printemps, figure le concert pop Abba avec le groupe Jeans’s Classics et le concert Images à la perfection qui proposera des œuvres de Mozart et Beethoven, ainsi que la première mondiale d’une pièce de Ludmila Knezkova-Hussey.

Tout au long de l’année, l’orchestre présente également la série Virtuoso avec le Quatuor à cordes de Saint-Jean et l’ensemble Ventus Machina, ainsi que des événements spéciaux.

Toute la programmation peut être consultée sur le site web de Symphonie NB.